search-form-close
  • Brent: $62,86+0,34%
  • Taux de change: 1 € = 135,70 DZD (Officiel), 208 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

El Moudjahid défend la diplomatie algérienne

Toufik Doudou / NEWPRESS
Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères

Le journal étatique El Moudjahid a défendu avec vigueur dans l’éditorial de son numéro paru ce mercredi « l’efficacité » de la diplomatie algérienne. « Certaines plumes tentent de faire croire que la maladie du président de la République constitue un obstacle majeur au déploiement diplomatique. Il s’agit là d’un raccourci médiatique, surtout lorsqu’on sait que la politique étrangère est dictée par le président de la République, lequel incarne l’État et veille personnellement à tout ce qui y a trait », affirme notamment le quotidien officiel.

Le journal du pouvoir estime en outre que « la voix de l’Algérie […] est aujourd’hui portée par des diplomates chevronnés qui sillonnent le monde, porteurs de messages de paix et appelant les parties en conflit au dialogue, car l’Algérie demeure convaincue de la nécessité de privilégier cette voie pour le règlement des différends et crises internes ou externes ».

« Par son statut d’acteur régional majeur et du fait d’être un pôle de stabilité dans les mondes arabe et africain, notre pays est devenu aussi un médiateur et un facilitateur auquel les capitales étrangères font appel pour désamorcer des situations conflictuelles », croit savoir El Moudjahid, qui ajoute : « Si les positions affichées sur nombre de dossiers internationaux lui ont valu parfois des reproches ou des critiques, l’Algérie s’est toujours refusée à changer les fondements de sa diplomatie édifiée sur les deux paradigmes de la non-ingérence et du respect de la souveraineté des États ».

Le journal étatique vante également les louanges reçues par la diplomatie algérienne de la part de diplomates étrangers. « Une diplomate occidentale en visite à Alger a admis publiquement l’efficacité de la diplomatie algérienne, non sans vouloir en percer le secret. Un autre diplomate, qui a été longtemps en poste à Alger, avant d’être rappelé, s’est demandé pourquoi, contrairement à d’autres capitales qui n’hésitent pas à surmédiatiser la moindre de leur action diplomatique, l’Algérie, elle, a opté pour une démarche contraire et refuse de médiatiser tout ce qu’elle entreprend pour venir en aide à des pays en crise », écrit El Moudjahid qui estime que l’action diplomatique de l’Algérie « vise tout juste à contribuer au retour de la paix, de la sécurité et à résoudre les différends nés entre pays frères par le dialogue inclusif ».

« Fort heureusement qu’il s’en trouve et s’en trouvera toujours des pays qui ne manquent pas de louer les efforts de la diplomatie algérienne, dont la discrétion et la sagesse riment aussi avec efficacité. Car, au final, la diplomatie est l’affaire d’un homme et d’un État souverain qui ne renieront pas leurs positions principales, et dont la voix continuera de retentir longtemps », conclut El Moudjahid.

close
close