search-form-close
Elections en Espagne : Sanchez en tête, l’extrême droite en force (résultats partiels)

Elections en Espagne : Sanchez en tête, l’extrême droite en force (résultats partiels)

Le Premier ministre socialiste sortant Pedro Sanchez est arrivé dimanche en tête des quatrièmes législatives en quatre ans en Espagne, mais sans améliorer ses chances de gouverner, alors que le parti d’extrême droite Vox est devenu la troisième force politique du pays, à la faveur de la crise catalane.

Le Premier ministre socialiste sortant Pedro Sanchez est arrivé dimanche en tête des quatrièmes législatives en quatre ans en Espagne, mais sans améliorer ses chances de gouverner, alors que le parti d’extrême droite Vox est devenu la troisième force politique du pays, à la faveur de la crise catalane.

Après le dépouillement de près de 60% des bulletins de vote, le Parti socialiste (PSOE) de M. Sanchez, qui espérait obtenir une majorité claire pour mettre fin au blocage politique qui mine le pays depuis 2015, compte 124 députés contre 123 après le précédent scrutin, en avril.

Vox, formation ultranationaliste et anti-immigration fondée il y a cinq ans, a poursuivi son ascension et plus que doublé son nombre de sièges avec 52 élus. Elle devient ainsi la troisième force politique d’un pays où l’extrême droite était, avant son irruption, marginale depuis la fin de la dictature de Franco (1939-1975).

Les conservateurs du Parti Populaire (PP, 83 sièges) ont eux redressé la barre après le pire résultat de leur histoire en avril (66 sièges) tandis que la gauche radicale de Podemos (35 sièges) a perdu sept députés et que les libéraux de Ciudadanos ont subi une gifle (10 députés contre 57 en avril).

Vox a bénéficié de l’émoi suscité par la crise en Catalogne qui a dominé la campagne après les nuits de violences ayant suivi la condamnation mi-octobre de neuf dirigeants indépendantistes à de lourdes peines de prison pour la tentative de sécession de 2017.

Ancien membre du Parti Populaire (PP, conservateur), son chef Santiago Abascal a martelé son discours virulent sur la Catalogne prônant l’interdiction des partis séparatistes, la suspension de l’autonomie de la région et l’arrestation de son président indépendantiste Quim Torra. Il s’en est aussi vivement pris aux immigrés illégaux qu’il accuse d’une prétendue hausse de la délinquance.

Durant la campagne, Pedro Sanchez a tenté de mobiliser son électorat contre la montée de Vox, qu’il présentait comme un retour du franquisme, en dénonçant la droite qui n’a pas hésité à s’allier avec ce parti pour prendre le contrôle de l’Andalousie, la région plus peuplée d’Espagne, de la région de Madrid, la plus riche, et de la mairie de la capitale.
« L’Espagne a besoin d’un gouvernement progressiste, pour tenir tête au franquisme, aux extrémistes et aux radicaux », a-t-il répété sans relâche.

Formation d’un gouvernement compliquée

Le résultat de ces élections augure d’une poursuite de l’instabilité politique. « La formation d’un gouvernement va prendre du temps (une nouvelle fois) et l’Espagne devrait passer les vacances de Noël sans exécutif », estimait Antonio Barroso, analyste du cabinet Teneo. En effet, ni un bloc de gauche (PSOE, gauche radicale de Podemos et sa liste dissidente Mas Pais) ni une alliance des droites (PP, VOX et les libéraux de Ciudadanos) n’atteignent la majorité absolue de 176 sièges sur 350.

S’il parvient à être reconduit au pouvoir par la chambre des députés, ce qu’il n’avait pas réussi à faire après le scrutin d’avril, M. Sanchez devra se contenter au mieux d’un fragile gouvernement minoritaire obligé de négocier des appuis au cas par cas au Parlement.

Le socialiste ne cache pas qu’il préfère gouverner seul, en minorité, plutôt que de tenter de s’entendre avec Podemos, avec lequel ses négociations ont échoué cet été car leurs divergences sont trop grandes sur le dossier catalan.

Son recours pourrait être de compter sur une abstention du PP qui l’a exclu jusqu’ici même si la plupart des analystes s’attendent à ce qu’il finisse par le faire pour éviter la colère des électeurs. Pour José Ignacio Torreblanca, du European Council on Foreign Relations, Sanchez projette d’obtenir « l’abstention de tous à la dernière minute, au risque de nous pousser au bord de l’infarctus ».


 Plus d’infos sur l’économie & la finance sur La Tribune

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close