search-form-close
Élections locales : ce qu’il faut savoir

Élections locales : ce qu’il faut savoir

Les élections des 1541 Assemblées populaires communales et 48 Assemblées populaires de wilaya (APC/APW) du pays se tiennent ce jeudi 23 novembre, après une campagne électorale qui a duré trois semaines.

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a indiqué, à la veille de ce rendez-vous national, que son département “est totalement prêt” pour cette consultation, relevant que certains bureaux itinérants ont déjà commencé à se mettre en place pour permettre aux citoyens vivant dans les zones isolées d’accomplir leur devoir électoral.

Près de 23.000.000 d’électeurs et électrices sont appelés aux urnes pour choisir leurs représentants aux assemblées élues. Selon la révision annuelle des listes électorales (du 1 au 31 octobre), le corps électoral s’élève à 22.878.056, “un chiffre provisoire en attendant sa consolidation commune par commune”.

Quelque 165.000 candidats, représentant une cinquantaine de partis politiques, quatre alliances et des groupes d’indépendants, sont en lice pour les élections des APC. Sur l’ensemble de ces candidats, 51,5% sont âgés de moins de 40 ans et 18% sont des candidats.

Plus de 16.000 autres candidats postulent pour le mandat de membre d’APW, parmi lesquels 48% ont moins de 40 ans et 28% sont des femmes.

Un total de 12.457 centres de vote, dont 342 nouveaux centres, 55.866 bureaux de vote, dont 3111 nouveaux bureaux, sont prévus pour cette consultation.

Pour assurer la sécurité des élections, le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire (ANP) a instruit les personnels militaires de prendre les mesures permettant aux citoyens de voter en toute quiétude et sérénité.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a, dans ce cadre, mobilisé 180.000 agents de police, dont plus de 50.000 au niveau des centres de vote, alors que la Gendarmerie nationale a mis en place un plan spécial couvrant 7722 centres de vote, représentant 62% des centres répartis sur le territoire national.

Pour faciliter l’acte citoyen de voter, une autorisation spéciale d’absence rémunérée sera accordée le jour du scrutin à l’ensemble des personnels des institutions et administrations publiques, des établissements et offices publics, ainsi qu’aux personnels des entreprises publiques et privées, tous secteurs et statuts juridiques confondus.

Sur la participation attendue le jour du scrutin, M. Bedoui s’est montré optimiste, relevant que les spécificités des élections locales, le travail de proximité accompli et les préoccupations citoyennes évoquées à cette occasion, feront que le citoyen se sentira plus concerné par le vote.

Le FLN, 1ere force politique, avec 161 sièges à l’Assemblée populaire nationale, et qui a présenté des listes de candidats pour toutes les circonscriptions électorales, n’a pas caché son ambition de remporter la majorité des APC et APW.

Le RND, 2e force politique à l’APN avec 100 sièges, entend confirmer lors de ces élections la progression enregistrée aux législatives du 4 mai, au cours desquelles il avait engrangé une trentaine de sièges supplémentaires par rapport à la précédente législature.

Le MSP, 3e à l’APN avec 34 sièges, aspire lui aussi à consolider son assise au niveau local.

Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal, a indiqué que la campagne électorale s’était déroulée dans de “bonnes conditions” et avait enregistré “très peu de dépassements”.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a affirmé, elle aussi, que la campagne s’était déroulée dans des “conditions régulières”, observant qu”‘aucune plainte n’a été enregistrée”.

La décentralisation dans la prise de décision dans la gestion des collectivités locales et l’élargissement des prérogatives des élus, pour insuffler une dynamique plus soutenue au développement, se sont imposées comme des questions centrales qui ont cristallisé un réel consensus entre les partis.

-Plusieurs projets de loi pour promouvoir le rôle des collectivités locales-

Le ministre de l’Intérieur a annoncé dimanche dernier que le projet de loi portant révision du code communal et de wilaya sera adopté avant la fin du premier semestre 2018, précisant que le processus de réforme engagé par le secteur “entame sa dernière phase”.

Un autre projet de loi relatif à la fiscalité des collectivités locales est également en préparation pour permettre une décentralisation fiscale, à même de doter ces collectivités davantage de moyens, dans une conjoncture marquée par la contraction des ressources financières.

D’autre part, un projet de loi sur la promotion de la démocratie participative, venant en application de dispositions introduites par la dernière révision constitutionnelle, sera prochainement soumis au Parlement. Le texte contiendra de nouveaux mécanismes pour inciter les citoyens à participer à la gestion des affaires locales au niveau des communes et des wilayas.

Le Conseil des ministres, réuni le 4 octobre dernier, avait annoncé la décision de consentir un “effort plus soutenu” en direction du développement local.

Dans ce cadre, le gouvernement a arrêté une batterie de mesures, dont le dégel de tous les projets de développement. Le projet de loi de finances 2018 prévoit, au chapitre des dépenses publiques, plus de 250 milliards DA destinés directement au développement local.

close