search-form-close
Embouteillages à Alger : les explications du chef de la sûreté de wilaya

Embouteillages à Alger : les explications du chef de la sûreté de wilaya

Le chef de la sûreté de wilaya d’Alger a tenté, lors d’un point de presse, d’apporter des explications aux embouteillages récurrents que connaissent les axes routiers et les artères de la capitale. Pour lui, la principale cause reste l’explosion du parc automobile qui « n’a pas été suivie d’une extension adéquate du réseau routier ». 1.6 million de véhicules sont immatriculés à Alger qui compte en outre 1547 km de routes communales, 268 km de chemins de wilaya, 547 km de routes nationales et 188 km d’autoroutes, a fait savoir le premier responsable de la police au niveau de la capitale.

Celui-ci a mis aussi en exergue « l’expansion de l’habitat et la naissance de nouveau pôles urbains et de nouvelles villes suite aux opérations de relogement ». « La topographie de la ville, avec un réseau routier complexe » et « le déficit en signalisation routière horizontale et verticale », sont parmi les autres causes avancées par le chef de sûreté de wilaya.

Autre déficit, celui des parkings et des aires de stationnement ainsi que « le manque de moyens de transport collectif de et vers le centre-ville et de bus de ramassage scolaire ».

La circulation des poids lourds, l’entrée simultanée à des heures de pointe d’un grand nombre de bus et de taxis quotidiennement à cause de l’emplacement des stations à l’intérieur de la ville, l’entrée et la sortie des fonctionnaires et travailleurs à la même heure ainsi que les horaires du ramassage d’ordure sont parmi les autres facteurs qui rendent la circulation difficile en ville. Le chef de la police d’Alger a aussi pointé du doigt l’installation des centres commerciaux et des infrastructures de loisirs et touristiques au centre-ville ainsi que « le comportement de certains conducteurs et l’état des bus de transport en commun qui causent des pannes répétitives sur la voie publique ».

  • Les derniers articles