search-form-close
ENTRETIEN. Coronavirus : le Dr Lyes Merabet détaille les problèmes des praticiens de la santé

ENTRETIEN. Coronavirus : le Dr Lyes Merabet détaille les problèmes des praticiens de la santé

Les professionnels de santé de l’EPH de Boufarik ont tenu un rassemblement de protestation ce matin. Qu’en est-il ?

Dr Lyes Merabet président du syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) : Cela explique la situation de stress et d’angoisse et surtout la pression qui est exercée sur les professionnels de santé dans un hôpital comme celui de Boufarik où il y a un service de référence des maladies infectieuses qui reçoit tous les cas, qu’ils soient malades ou suspects. Je pense que ce qui a été derrière ce mouvement aujourd’hui, quelque peu précipité il faut le dire, est la mort d’un ambulancier atteint du coronavirus. Un infirmier a également succombé, il y a deux jours de cela suite aux complications qu’il a développées.

De quoi se plaignent les praticiens de santé ?

Il y a la pression par rapport au volume du travail, au niveau d’exposition, au manque de moyens, et par rapport aussi à l’organisation à tous ces secteurs qui doivent travailler en coordination pour accompagner ces professionnels. Ces personnels avec toute cette pression, ont d’autres problèmes à côté comme le déplacement, avec cette situation de confinement qui a été décidée et les barrages qui sont installés un peu partout. Les professionnels de santé ont des difficultés immenses à circuler et à accéder aux structures de santé, pour travailler et accompagner d’autres malades atteints d’autres pathologies. La continuité des services doit être assurée mais comment lorsque des praticiens s’ils sont de garde ou qui travaillent aux urgences n’arrivent à pas accéder à leur lieu de travail ?

D’autre part, il faut dire que le transport a été arrêté, mais a-t-on pensé à mettre à la disposition de ces professionnels des moyens de déplacement, car tout le monde n’est pas véhiculé. Se pose aussi le problème de la restauration, puisque nous le disons depuis des années, les établissements de santé doivent assurer les repas pour les personnels de santé qui y travaillent, pas uniquement les équipes de garde, pour ne pas les pousser à aller chercher leurs repas ou aller manger dehors avec le risque de ramener des microbes dans l’espace professionnel… Cette situation était possible parce que les gens pouvaient sortir mais aujourd’hui les restaurants sont fermés et ce n’est pas évident de trouver où manger, ou se déplacer loin de la structure de santé. Il faut penser à assurer les repas pour ces professionnels.

L’autre point est lié à l’hébergement des professionnels de santé qui doivent être confinés sur le plan sanitaire. Ils continuent à travailler mais il n’est pas question pour eux de rentrer chez eux. Il faudrait donc leur réquisitionner des endroits. Il y a des structures qui sont proposées. Même à ce niveau-là il faut dire que les quelques médecins et personnels qui sont hébergés, on ne leur assure pas la restauration, ni déjeuner sur le lieu du travail ni dîner lorsqu’ils passent la nuit à l’hôtel. Il y a plein de choses à dire et à faire. Je pense que cette situation de désorganisation, de précipitation et de manque de coordination est derrière le ras-le-bol et cette réaction d’aujourd’hui.

Comment qualifiez-vous la réaction des praticiens, aujourd’hui ?

Elle est légitime. C’est pour attirer l’attention des responsables. Je sais que le Premier ministre s’est manifesté et que le ministère de la Santé a été saisi pour répondre rapidement aux questions posées et qui sont à l’origine de ce mouvement de protestation. On continue à travailler. D’ailleurs, je salue nos collègues qui sont sur place que ce soit aux urgences ou dans différents services de l’hôpital de Boufarik, et du CHU de Blida. Je les salue et je ne peux que m’incliner avec tout le respect qu’on doit à nos collègues et à tous les professionnels qui sont sur ce front, mais je vous rassure, ce n’est pas une action pour faire grève. Au contraire, on est mobilisé pour prendre en charge nos concitoyens, on va s’organiser au mieux pour attirer l’attention qu’il y a problème et qu’il est urgent de réagir, à tous les niveaux, pour trouver des solutions, et faire en sorte que les professionnels puissent travailler correctement et que les citoyens soient pris en charge dans les meilleures conditions.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close