search-form-close
Foire internationale d’Alger : les exposants se plaignent de la désertion du public

Foire internationale d’Alger : les exposants se plaignent de la désertion du public

Placée sous le thème « Algérie : diversification économique et opportunité de partenariat en perspective », la 52e Foire internationale d’Alger (FIA), s’est ouverte mardi 18 juin à la Safex aux Pins Maritimes.

Vu la conjoncture politique, cette nouvelle édition n’a pas drainé beaucoup d’exposants internationaux. Quinze pays seulement ont confirmé leur participation. Quant aux exposants nationaux ils se plaignent de la désertion du public, habituellement très présents durant cette manifestation annuelle.

L’entreprise Extra Benhamadi spécialisée dans la fabrication de couscous et de pâtes a érigé son chapiteau sur la grande esplanade, face au pavillon central. Des chefs cuistots préparent des plats en ‘live’ pour offrir une dégustation aux visiteurs. « Notre stand est très animé nous dit Mounia Bellahsene, hôtesse d’accueil. Outre les dégustations, nous organisons un concours et une tombola chaque après-midi. L’affluence n’est pas au rendez-vous mais nous restons dynamiques ».

L’entreprise Ifri (huile d’olive et couscous) est également présente avec de nouveaux produits. « Nous commercialisons de l’huile d’olive ‘Bag in Box’ et ‘Souvenir’. Des produits avec un joli packaging pour offrir. Nous exportons vers plusieurs pays comme la France, l’Espagne, les USA, Dubaï… », explique Naima Bourouba, commerciale.

 

Les produits laitiers sont présents en force à la FIA. « En dépit de l’incertitude économique qui plane sur notre pays, notre entreprise a tenu a participé à la FIA », nous dit Seddik Saadi, directeur de la Collecte de lait et de l’Agro-élevage chez le géant Soummam (produits laitiers). De son côté Marina Djermouni, chargée de la communication au sein de cette entreprise observe une désertion des visiteurs. « Cette année, l’affluence a vraiment baissé », note-t-elle.

Nouvelles entreprises

De jeunes entreprises ont tenu à marquer leur présence durant cette foire internationale. C’est le cas de ‘Frichka’ une nouvelle marque de pizza. La cuisson est réalisée sur place et une dégustation est offerte aux visiteurs.

« Cela fait à peine 4 mois que notre label existe, explique Aghilas Ould Hamouda, responsable marketing de l’entreprise. Pour le moment, nous avons développé trois types de pizzas : fromage, thon et poulet. Elles sont vendues à 260 da pièce, dans les supérettes de la capitale. Ce concept s’adresse aux étudiants et aux personnes qui n’ont pas le temps de cuisiner. Il suffit de mettre la pizza à cuire au four pendant huit minutes ».

Sarl Confita Plus a été inaugurée en 2018. Basée à Boufarik, cette entreprise fabrique des confitures sous le label ‘Delicia Fruit’ (vendu entre 150 et 250 da le pot). Mohamed Amine Douiri, directeur marketing nous en parle : « Nos confitures ne contiennent ni arômes ni colorants.Nous avons développé de nouveaux produits sans sucre ajouté et sans gluten. Depuis deux mois environ, nous constatons que la tendance dépensière des clients a diminué. Nos ventes ont chuté par rapport à notre participation à la Foire nationale en décembre dernier. La situation politique que nous vivons a impacté l’économie de notre pays et nous ne sommes pas en reste ».

Dans le pavillon consacré à l’agroalimentaire, un grand stand dédié au Groupe Agrodiv est déployé. Il s’agit de l’ex Eriad, société spécialisée dans la commercialisation de farine, pâtes, semoule, café et légumes secs. Relancée en 2015, ce label est présent à travers les 48 wilayas de l’Algérie, selon l’hôtesse d’accueil.

De nouveaux produits

Les producteurs d’électroménagers sont présents en force. Comme Iris, qui a pris un stand de 400 m2 dans le pavillon central, où l’entreprise expose « une panoplie de produits allant de l’électroménager, petit électroménager et la téléphonie mobile. » À la FIA, Iris dévoile en « exclusivité l’Android Oled et le Crystal Sound, deux nouveaux téléviseurs alliant ainsi élégance et performance », selon l’entreprise. Son concurrent, Condor sponsor officiel de la Foire, expose sur une surface de 420 m2, dans le pavillon central. Outre les nouveaux produits, la marque algérienne offre pour « la première fois, un espace à plusieurs start-ups afin de présenter leurs innovations au grand public ainsi qu’aux professionnels ».

Les sociétés de produits de soins et d’hygiène sont également en force : Venus, Socothyd, Faderco… Ismail Slyemi, chargé de communication chez Swalis, une gamme de soins capillaires, visage et corps créé en 2014, a remarqué une baisse des ventes sans précédent sur son stand. « Cette foire ne ressemble à aucune autre. Il y a moins de monde et les gens n’achètent presque rien ».

Défection également de nombreux pays à la 52e édition de la FIA. Le textile est essentiellement représenté par la Chine et la Syrie. L’artisanat par la Tunisie, la Mauritanie, l’Ethiopie et le Sénégal.

Quant aux engins du BTP (Hyundai, Volvo…), ils trônent sur la grande esplanade de la Safex, sans susciter l’intérêt des quelques visiteurs qui se sont déplacés au Pins Maritimes, ce vendredi.

Sur fond d’incertitude économique, et de crise politique, la 52e Foire Internationale d’Alger fait pâle figure. Cette année, aucun des 15 pays qui y ont participé n’a été mis à l’honneur. Difficile de donner une dimension internationale à cet événement boudé par la plus part des pays. La FIA fermera ses portes le 23 juin avec un goût d’amertume.

 

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close