search-form-close
Hadj : l’Arabie saoudite appelée à prendre une décision

Hadj : l’Arabie saoudite appelée à prendre une décision

L’Indonésie a appelé, ce jeudi 21 mai, l’Arabie saoudite à prendre une décision finale concernant l’éventuelle tenue du Hadj, rapporte l’agence Anadolu. But : mettre fin à la spéculation dans un contexte de pandémie mondiale du coronavirus Covid-19 ayant causé la mort de 330 000 personnes sur plus de 5 millions de contaminations officiellement recensées.

Le porte-parole du ministère des Affaires religieuses indonésien, Oman Fathurahman, a notamment indiqué que son pays espère que l’Arabie saoudite prendra une décision avant la fin du Ramadan. « Nous espérons que l’information exacte sur la tenue ou non du Hadj cette année puisse être annoncée bientôt par le gouvernement saoudien. Idéalement avant la fin du Ramadan », a indiqué le responsable indonésien.

Pays possédant la plus grande population de confession musulmane au monde, l’Indonésie s’est vue attribuer le plus grand quota de Hadjis pour le pèlerinage de cette année, avec 221 000 places. « Le ministère des Affaires religieuses coordonne avec le ministère des Affaires étrangères pour aider à communiquer avec l’ambassade d’Arabie saoudite à Jakarta », a précisé le porte-parole, ajoutant que l’Indonésie est prête pour les deux scénarios, que le Hadj soit annulé ou non. « Nous avons préparé des plans d’atténuation. Quelle que soit la décision de l’Arabie saoudite, nous serons prêts », a-t-il fait savoir.

Cité par le média indonésien Salaam Gatewar, Oman Fathurahman a également fait savoir ce jeudi que le gouvernement indonésien se donne jusqu’au 1er juin au plus tard pour prendre une décision concernant l’envoi de ses pèlerins au Hadj, ajoutant qu’une conversation téléphonique a eu lieu entre le président indonésien Joko Widodo et le roi Salmane d’Arabie saoudite.

Sans les Hadjis singapouriens

« Nous espérons que l’Arabie saoudite prendra une décision sur cette saison de Hadj immédiatement », a indiqué le porte-parole du ministère indonésien. « Que ce soit pour l’annuler, ou le continuer avec un quota limité de pèlerins, ou le restreindre à certaines catégories d’âge ou de pays, ou de continuer normalement », a-t-il précisé.

Pour l’heure, seule Singapour a décidé de ne pas envoyer de pèlerins au Hadj cette année. « En consultation avec le ministère de la Santé, le Conseil religieux islamique de Singapour a décidé qu’en tant qu’intervenant responsable, il est prudent pour Singapour de reporter ses plans Haj 2020 pour l’ensemble de nos 900 pèlerins à l’année suivante », a indiqué ce vendredi un communiqué du Conseil, cité par Anadolu.

Le comité de Fatwa de Singapour a également soutenu la décision de ne pas envoyer de pèlerins en Arabie saoudite au milieu de la pandémie de Covid-19. « Le Comité est d’avis que dans le contexte actuel, toutes les conditions préalables pour un Hadj sûr ne sont pas remplies, et par conséquent, ils recommandent que la délégation de Singapour reporte ses plans de Haj afin d’éviter un préjudice potentiel », indique le communiqué du comité cité par la même source.

L’Arabie saoudite durement touchée par le coronavirus

L’Arabie saoudite compte plus de 65 000 cas de contamination au coronavirus officiellement recensés, ayant causé la mort de plus de 350 personnes. Signe que la situation ne s’améliore pas, le pays a décrété un couvre-feu total pour les cinq jours de l’Aid el Fitr.

De nombreux pays à majorité musulmane ont été particulièrement touchés par la pandémie, à l’image de l’Iran (130 000 cas), le Pakistan (48 000 cas), le Qatar (39 000 cas) ou encore les Émirats arabes unis (26 000 cas). Ceci sans compter tous les pays fortement touchés par le coronavirus où la communauté musulmane est présente, l’image par exemple de la France (180 000 cas).

L’Arabie saoudite avait demandé le 31 mars dernier aux musulmans qui prévoient d’effectuer le pèlerinage à la Mecque de repousser leur réservation. Le ministre saoudien du Hadj, Mohammed Banten, avait notamment déclaré que son pays était préoccupé par la sécurité des pèlerins et a exhorté les fidèles à « attendre avant de planifier » leur séjour.

« Le Royaume a demandé aux musulmans du monde entier d’être patients au sujet des contrats du Hadj, jusqu’à ce que la situation devienne plus claire », avait indiqué le ministre saoudien. Plus de 2,5 millions de musulmans ont effectué le pèlerinage de la Mecque l’an dernier.

  • Les derniers articles