search-form-close
Le point à la mi-journée : la grève générale largement suivie

Le point à la mi-journée : la grève générale largement suivie

La grève générale à laquelle ont appelé de nombreuses voix sur les réseaux sociaux au nom de la « désobéissance civile » contre le cinquième mandat de Bouteflika est, à la mi-journée de ce dimanche 10 mars, largement suivie dans plusieurs wilayas du pays.

Les commerçants ont suspendu leur activité dans de nombreuses villes comme à Ouargla, Constantine, Sétif, Bouira, Béjaia, Tizi-Ouzou et Bordj Bou Arréridj. Dans certaines villes, comme Blida et Alger, la grève des commerçants est suivie de façon inégale selon les quartiers. À Didouche Mourad, Alger centre, la totalité des commerces est fermée alors que dans les autres quartiers, certains ont maintenu leur activité.

Les transports sont également touchés par la désobéissance civile. À Alger, le tramway et le métro sont à l’arrêt. Les bus privés de transport de voyageurs entre les localités de l’est et de l’ouest d’Alger vers Alger centre sont, pour la majorité à l’arrêt. Les stations de bus de Tafourah et du Premier mai sont désertes. Dans les autres wilayas, les transporteurs privés urbains, suburbains et inter-wilayas font également grève. Des ports sont également touchés, à l’image de celui de Bejaia.

Le secteur de l’éducation a suivi le mouvement de façon mitigée. Dans les écoles primaires, les enseignants ont retenu les élèves dans la plupart des wilayas mais dans les CEM et lycées, les enseignants sont majoritairement en grève. Les lycéens et collégiens libérés par la grève de leurs enseignants manifestent depuis ce matin dans plusieurs villes. À Alger, des marches sont signalées à Alger-centre, Draria, El Achour, Dély Brahim, Rouiba et les Bananiers. Des manifestations d’élèves sont aussi signalées à Guelma et Blida.

Des usines et des zones industrielles entières sont à l’arrêt. Les travailleurs de la zone industrielle de Rouiba et ceux de la zone industrielle de Bordj Bou Arréridj ont arrêté de travailler. Des entreprises privées sont également paralysées, à l’instar de la branche agroalimentaire de Cévital à Béjaia. Sonatrach est également touchée, les travailleurs de son siège de Boumerdes ont refusé de rejoindre leurs bureaux ce matin et ont tenu un sit-in devant l’immeuble de Sonatrach.

De nombreuses administrations sont paralysées elles aussi. Les branches commerciales de Sonelgaz et de l’Algérienne des eaux sont fermées par leurs employés dans beaucoup de villes. Des mairies, services d’état civil, daïras et certaines directions de wilayas sont aussi à l’arrêt dans beaucoup de villes.

Enfin, le transport international risque d’être de plus en plus perturbé aujourd’hui. Déjà, le port de Béjaia est paralysé par la grève de ses travailleurs et le port de Skikda connaît des perturbations.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close