search-form-close
Les 7 infos à retenir de la journée de ce mercredi 20 mars

Les 7 infos à retenir de la journée de ce mercredi 20 mars

1. Le FLN soutient le mouvement populaire

Alors que les Algériens s’apprêtent à marcher massivement pour le cinquième vendredi consécutif contre le système et Bouteflika, les partis du pouvoir annoncent leur soutien au mouvement populaire. Après le RND en début de semaine, c’est au tour du FLN d’annoncer publiquement son soutien aux manifestations.

« Les militants du FLN soutiennent le mouvement populaire et défendent en toute sincérité la réalisation des objectifs, avec une feuille de route claire », a déclaré, ce mercredi, Mouad Bouchareb lors d’une rencontre avec les militants du vieux parti. Toutefois le FLN soutient toujours le président Bouteflika et appuie sa proposition de transition. Ce que justement dénoncent les manifestants.

2. Les partis du pouvoir se déchirent

Le mouvement populaire a provoqué de fortes tensions au sein du FLN et du RND. L’ancien parti unique est confronté à une fronde menée par les Mouhafeds, qui représentent la base. Les contestataires ont déposé, ce mercredi, une requête auprès du conseil d’État pour invalider l’instance dirigeante présidée par Mouad Bouchareb.

Au RND, Belkacem Mellah, membre fondateur, a accusé, ce mercredi, Ahmed Ouyahia d’avoir écarté les membres fondateurs du parti et d’avoir ouvert la porte à des non militants. Au gouvernement, Ouyahia a, selon lui, géré 600 milliards de dollars. Belkacem Mellah appelle à la tenue en urgence d’un congrès extraordinaire « rassembleur » du RND, dès avril prochain.

3. Bouteflika ne compte pas partir le 28 avril, selon Lamamra

En visite à Berlin, dans le cadre d’une tournée en Europe pour expliquer les projets du pouvoir, Ramtane Lamamra a exclu tout départ de Bouteflika au terme de son mandat actuel. Le vice-Premier ministre a réaffirmé que le président Bouteflika ne cédera le pouvoir qu’après l’élection d’un nouveau président suite à la conférence nationale de consensus et l’élaboration d’une nouvelle constitution.

4. Jean-Yves Le Drian tente de « clarifier » la position de Paris

En Algérie, comme en France, la position de Paris est jugée trop favorable au pouvoir. Ce mercredi, Jean-Yves Le Drian a été par la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française. Il a rappelé les liens entre l’Algérie et la France et rappelé que l’Algérie était un pays souverain.

« Le souhait de France c’est qu’une forme de transition puisse s’engager rapidement pour répondre aux aspirations profondes qui continuent de s’exprimer », a-t-il dit. Cette position ne représente aucune évolution par rapport à la précédente. Le pouvoir affirme qu’il a engagé une « transition » sans jamais préciser sa durée. Paris vient donc de réitérer son soutien à ce projet.

Plus tôt dans l’après-midi, Abderrazak Makri a critiqué la position de Paris et du président français Emmanuel Macron, la qualifiant de « honteuse ».

5. Alliance Assurance victime de représailles

Même si le pouvoir répète qu’il veut mener des réformes, les mauvaises pratiques continuent. Hassan Khelifati, PDG d’Alliance Assurance, a dénoncé des représailles du wali de Blida. A cause du soutien de son PDG au mouvement populaire, Alliance Assurance s’est vu retirée un marché qu’il venait de remporter de manière légal et transparente.

Pour M. Khelifati, « le wali a pris position en faveur des compagnies publiques. Mais, en coulisse, on m’a dit qu’Alliance Assurance a été sanctionnée par rapport aux postions de politiques de son PDG ». Hassane Khelifa a gelé sa participation au FCE et il a participé aux marches populaires contre Bouteflika.

6. Exxon Mobil gèle des discussions avec Sonatrach

Le géant pétrolier américain Exxon Mobil a suspendu, au moins temporairement, les discussions avec la compagnie pétrolière nationale Sonatrach en vue de développer le secteur du gaz naturel en Algérie à cause des manifestations populaires contre le président Bouteflika qui se déroulent depuis un mois à travers le pays, rapporte l’agence Reuters ce mercredi.

L’échec dans les discussions serait dû au fait que l’actuel PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a été nommé par le président Bouteflika, laissant penser que le sort du PDG est intimement lié à celui du président. « Dans la minute même où Bouteflika quitte le pouvoir, Ould Kaddour sera viré », affirme une source proche du dossier, citée par Reuters.

7. Un avion de l’État algérien atterri ce soir à Genève

Un avion officiel algérien a atterri à 19H52 à l’aéroport de Genève en Suisse, selon GVA Dictator Alert, le compte Twitter qui surveille le mouvement des avions officiels de pays considérés comme des régimes autoritaires.

Selon nos informations, l’avion transportait la délégation algérienne conduite par Ramtane Lamamra qui va prendre part aux négociations sur le Sahara occidental à Genève.

A dictator’s plane landed in #GVA airport: 7T-VPS used by the government of Algeria (Gulfstream IV) on 2019/03/20 at 19:52:52

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close