search-form-close
Les médecins résidents annulent leur décision de reprendre les gardes d’urgences

Les médecins résidents annulent leur décision de reprendre les gardes d’urgences

Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) a annoncé, ce jeudi 14 juin, le « gel de la décision de reprise de l’activité de garde jusqu’à nouvel ordre, tout en demeurant disposé à toute négociation permettant un dénouement de la situation ».

Le Collectif avait annoncé la reprise des activités d’urgence mardi 12 juin en signe d’ouverture en direction des autorités. Mais sur le terrain, la décision a été mal accueillie par les résidents. Pire : les résidents qui ont décidé de répondre à l’appel à la reprise se sont heurtés au refus des hôpitaux de les accueillir.

Selon le Collectif, les médecins résidents qui se sont « rendus à leurs services respectifs pour la reprise de l’activité de garde se sont purement et simplement vus refuser l’accès à leurs services respectifs sous prétexte d’une note ministérielle précisant que le retour devrait se faire pour toutes les activités hospitalières ». « Certains médecins résidents ont été déclarés exclus de leurs services dans une mesure ignominieuse transgressant le droit constitutionnel de faire grève », a dénoncé le Camra.

Dans son communiqué de ce jeudi, le Camra a expliqué avoir pris « l’initiative de répondre favorablement à l’appel, clairement exprimé par Monsieur le ministre de la Santé (…) lors de son intervention médiatique, stipulant clairement la nécessité d’une reprise des activités de soins d’urgence pour une reprise effective du dialogue, en signe de bonne volonté devant le mutisme effarant affiché par la tutelle ».

« Malheureusement, nous avons été surpris par une réponse négative et méprisante déclinant et rejetant tout dialogue, et appelant à la reprise de toutes les activités hospitalières sans conditions. Cette attitude nous attriste profondément et nous appelle à plusieurs interrogations sur une réelle volonté des deux tutelles à trouver une solution pérenne à cette situation qui continue à défrayer la chronique au niveau national et international », ajoute la même source.

close