search-form-close
L’Espagne, premier pays européen à féliciter Tebboune

L’Espagne, premier pays européen à féliciter Tebboune

Le gouvernement espagnol a félicité, ce vendredi en fin de journée, Abdelmajid Tebboune, élu président de la République avec 58,15% des voix. Le gouvernement espagnol a exhorté le nouveau président algérien à « continuer d’approfondir les relations bilatérales » dans une « nouvelle étape des réformes ».

« Le gouvernement espère continuer d’approfondir ses relations avec l’Algérie dans cette nouvelle étape de réformes qui satisferont les aspirations légitimes du peuple algérien et assureront la stabilité du pays », a indiqué le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué rapporté par l’agence de presse EFE.

L’Espagne, seul pays à avoir apporté son soutien public à la présidentielle du 12 décembre, est également la première nation européenne à féliciter Tebboune. Plus tôt dans la journée, le président français Emmanuel Macron s’était contenté de « prendre note », sans féliciter le nouveau président algérien.

« J’ai pris note de l’annonce officielle que Monsieur Tebboune a remporté l’élection présidentielle algérienne dès le premier tour », a dit le président français lors d’une conférence de presse à Bruxelles, insistant sur « le dialogue qui doit s’ouvrir entre les autorités et la population ».

« Je souhaite simplement que ces aspirations exprimées par le peuple algérien trouvent une réponse dans le dialogue qui doit s’ouvrir entre les autorités et la population », a souligné le président français.

« Il appartient aux Algériens d’en trouver les voies et moyens dans le cadre d’un véritable dialogue démocratique et je leur dis, avec respect et amitié, que dans ce moment crucial de leur histoire, la France se tient à leurs côtés », a ajouté Emmanuel Macron.

Interrogé lors de sa première conférence de presse, le nouveau président a refusé vendredi de répondre aux déclarations de Macron. « Je ne réponds pas », a répondu Tebboune, sous les applaudissements des présents à sa conférence. « Lui, il peut vendre la marchandise qu’il veut dans son pays. Moi, j’ai été élu par le peuple algérien et je ne reconnais que le peuple algérien ».

  • Les derniers articles