search-form-close
Libye : les forces de Haftar prennent le contrôle de Syrte

Libye : les forces de Haftar prennent le contrôle de Syrte

L’Armée nationale libyenne, nom donné aux forces du maréchal Khalifa Haftar, ont annoncé ce lundi soir avoir pris le contrôle de la ville côtière Syrte, rapportent ce mardi plusieurs médias.

Située à 450 kilomètres à l’est de la capitale Tripoli, Syrte dispose d’une position géographique centrale, étant située au milieu de l’autoroute ouest-est traversant la Libye horizontalement et au débouché de l’axe nord-sud reliant le Sahara à la mer.

« Syrte a été totalement libérée […] des groupes terroristes », a annoncé Ahmed al-Mesmari, porte-parole des forces pro-Haftar dans une intervention télévisée citée par le Figaro, précisant que cette bataille ayant duré quelques heures serait le résultat d’ « une préparation minutieuse qui a duré des mois ».

Alors que les forces du maréchal Haftar tentent de prendre contrôle de la capitale Tripoli depuis le mois d’avril dernier, l’annonce de l’ouverture d’un deuxième front ayant abouti à la prise de Syrte a pris par surprise les observateurs.

L’Armée nationale libyenne (ANL) a affirmé avoir attaqué la ville sur cinq axes, avec notamment l’envoi de commandos aéroportés, rapporte RFI.

Les forces de Haftar ont ainsi d’abord pris la base militaire et l’aéroport de Kardabaya. La salle de commandement d’envoi des drones – dirigée par des officiers turcs – aurait notamment été complètement détruite, a annoncé l’ANL.

Les forces pro-Haftar sont entrées dans Syrte quasiment sans combats, rapporte l’Express, précisant que l’opération n’aura finalement duré que trois heures après la fuite de nombreux combattants pro-GNA. Plusieurs combattants pro-GNA auraient par ailleurs été faits prisonniers et leurs équipements saisis.

La prise de Syrte est intervenue au même jour que le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA), Fayez Sarraj, effectuait une visite à Alger à la tête d’une délégation de « haut niveau » ayant rencontré le président de la république Abdelmadjid Tebboune.

Le GNA n’a pour l’heure pas réagi à la perte de Syrte, rapporte l’Express qui indique cependant qu’un commandant militaire pro-GNA qui était dans Syrte a confirmé sous couvert d’anonymat la perte de la ville et le retrait de leurs forces, dénonçant une « trahison » d’un groupe armé salafiste, qui a changé de camp lors de l’entrée des forces de Haftar.

Selon Libération, ce serait le Bataillon 604, une puissante unité locale composée en majorité de combattants salafistes dits madkhalistes jusque-là intégrée dans la Force de protection de Syrte, progouvernementale, qui se serait retournée, rejoignant soudainement le camp du maréchal Haftar. Leur leader spirituel, le cheikh saoudien ultraconservateur Rabi al-Madkhali, se serait publiquement prononcé en faveur de Haftar.

Les interrogations demeurent cependant quant à la capacité de l’Armée nationale libyenne à maintenir le contrôle effectif de Syrte face à une contre-attaque, une fois l’effet de surprise dissipé.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close