search-form-close
Lutte anti-corruption : le ministère de la Justice promet la récupération de l’argent volé

Lutte anti-corruption : le ministère de la Justice promet la récupération de l’argent volé

Les autorités suprêmes du pays sont « déterminés à poursuivre » la lutte contre la corruption et à récupérer les biens volés, a assuré ce lundi 1er juillet le ministre de la Justice Slimane Brahimi.

« Les autorités suprêmes du pays sont déterminées à aller de l’avant dans la lutte et l’éradication, à la racine, de la corruption, parallèlement à la restitution des avoirs volés et la protection des biens de la Nation » a déclaré M. Brahimi à l’ouverture d’une journée d’étude sur la « Lutte contre la corruption et la protection de l’économie nationale », à l’École supérieure de la Magistrature de Koléa.

Il a ajouté que « le jugement des criminels et des corrompus ne sera pas efficace sans la restitution des biens volés dans le cadre de conventions internationales, bilatérales et régionales ».

« La lutte contre la corruption est désormais une priorité dans le monde d’aujourd’hui, eu égard aux risques encourus contre l’économie nationale et le développement durable », a-t-il dit en assimilant le phénomène au « terrorisme ».

Dans ce contexte, le ministre a appelé les participants à cette rencontre à « examiner les dispositions légales et organisationnelles à même de permettre la restitution des avoirs volés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

Il a exhorté aussi les participants, selon ses propos repris par l’agence officielle, à « trouver les mécanismes juridiques susceptibles de préserver la bonne marche des entreprises économiques, veiller à la sauvegarde des emplois et poursuivre (la réalisation) des programmes lancés, dont les promoteurs se trouvent en détention préventive pour des affaires de corruption ».

« Aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes convaincus de l’impératif de lutte contre la corruption qui entrave les efforts de développement et épuise les ressources de l’Etat (…) les magistrats, autant que les officiers de la police judiciaire et l’ensemble des institutions judiciaires sont parfaitement conscients de la lourde responsabilité qui leur incombe » et que les «personnes intègres, parmi les enfants de ce pays, sont conscients de ce qui est attendu d’eux », a-t-il dit.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close