search-form-close
Maroc : polémique après les propos de Nasser Bourita sur la Palestine

Maroc : polémique après les propos de Nasser Bourita sur la Palestine

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a provoqué la polémique dans son pays après ses propos tenus sur la Palestine. Il a estimé que « le Sahara reste la première cause du Maroc et non la Palestine » et qu’il ne faut « pas être plus palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes ».

Les propos de Nasser Bourita ont été tenus ce mardi devant les membres de la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des conseillers. Le chef de la diplomatie était invité à réagir à la position du Maroc sur le « deal du siècle » proposé par le président américain Donald Trump ainsi qu’aux révélations effectuées par le média américain Axios affirmant un rapprochement entre le Maroc et Israël, le Premier ministre Natanyahou ayant fait pression sur l’administration Trump afin que les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté du Maroc sur le Sahara occupé en échange d’une normalisation des relations entre Israël et le Maroc.

Alors que les parlementaires du parti islamiste PJD ont qualifié la question palestinienne de « première cause du royaume » marocain, Nasser Bourita aurait rétorqué que « le Sahara reste la première cause du Maroc et non la Palestine », invitant les députés islamistes à « ne pas être plus palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes », rapporte Yabiladi.

« Ce qui importe le Maroc, c’est la position de l’autorité palestinienne par rapport à la nôtre et non ce que peut dire la presse », a indiqué Nasser Bourita cité par Le Desk, ajoutant que « le Royaume appréciait les efforts consentis par les Américains pour aboutir à un plan de paix ». Le ministre a également souligné que la position du Maroc face au plan du gouvernement américain se devait d’être « pragmatique », précisant que c’est « la première fois que Washington mentionnait la solution de deux Etats ».

Les propos du ministre des Affaires étrangères marocain ont été vivement critiqués par Abdelkader Chaoui, ancien ambassadeur du Maroc au Chili, qui s’en serait pris avec virulence à Nasser Bourita, rapporte h24info.

« Va te faire voir ! Oui, nous devons être plus Palestiniens que les Palestiniens, car Israël est un Etat colonial et expansionniste, et l’idéologie sioniste est raciste et terroriste. Le Ministère des Affaires étrangère fait montre d’ignorance, de vide, d’arriération, de futilité et de tromperie politique », a déclaré l’ancien ambassadeur dans une publication sur le réseau social Twitter.

L’agence de presse marocaine MAP a quant à elle publié une dépêche ce jeudi reprenant les déclarations du conseiller du président palestinien aux Affaires religieuses et aux Relations avec les pays islamiques, Mohammed El Habach. Ce dernier a affirmé que « le Maroc n’a eu de cesse de défendre la cause palestinienne qui a été toujours au centre des préoccupations du Royaume, tout en appelant à l’instauration d’un Etat palestinien indépendant, avec Al Qods-Est comme capitale », rapporte l’agence MAP.

« Les efforts consentis par le Royaume, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, en soutien à la question palestinienne ne sont pas une nouveauté, car les positions du Maroc ont été constantes en faveur de cette cause qu’il a toujours défendue dans les foras internationaux et régionaux », rapporte également l’agence officielle marocaine.

« Selon M. El Habach, le Maroc n’a jamais dérogé à la position arabe unanime vis-à-vis de la question palestinienne, basée sur l’acceptation et le soutien de tout ce qui est approuvé par les Palestiniens eux-mêmes, faisant part de son estime pour la position exprimée par le Maroc aux côtés de la Palestine, notamment en ‘’ces circonstances difficiles et critiques de l’histoire du peuple palestinien, après l’annonce par l’administration américaine d’un nouveau plan unilatéral de paix’’ », rapporte en outre l’agence MAP.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close