search-form-close
  • Brent: $51,79-0,08%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Médailles de l’ordre du mérite national : des absences remarquées

Sidali Djarboub / NEWPRESS
À l’occasion de la célébration de la journée du Savoir, le ministère de la Culture a organisé une cérémonie de remise de médailles de l’ordre du Mérite national à des hommes de lettres, de l’art et des penseurs, à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, sous la présidence de Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation

La cérémonie de remise des médailles de l’ordre du mérite national s’est déroulée ce dimanche à l’Opéra d’Alger, durant laquelle plusieurs personnalités du monde des arts et des lettres se sont vues attribuer des médailles au rang de « Athir » et « Achir ». Ainsi, Mouloud Mammeri, Lounis Ait Menguellet, Choukri Mesli ou encore Amar Ezzahi ont tous été honorés avec une médaille de l’ordre du mérite national, au rang « Achir ».

Cette reconnaissance représente une juste consécration pour ces personnalités qui ont tant apporté à l’art et à la culture algérienne, et il est regrettable dans nombreux de ces cas qu’il ait fallu attendre aussi longtemps pour voir ces grands hommes honorés par l’Algérie officielle.

Cependant, l’indignation demeure quant à l’absence de reconnaissance envers certaines des plus grandes personnalités que l’Algérie ait pu produire. Il demeure en effet inacceptable de voir des hommes aussi reconnus et admirés que Kateb Yacine ou Matoub Lounes marginalisés par le pouvoir algérien, malgré leurs inestimables contributions respectives pour l’Algérie.

Même une personnalité aussi consensuelle que Cheb Khaled, sans doute l’un des artistes algériens les plus reconnus à travers le monde, ne s’est pas vu attribuer la médaille de l’ordre du mérite national. De tels « oublis » font perdre beaucoup de crédibilité à la distinction, et encouragent à s’interroger sur les critères choisis pour établir la liste chaque année.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    Quand Ouyahia critique indirectement Bouteflika
    Il y a 10 min

    Ahmed Ouyahia a critiqué, ce mardi 26 avril, la politique de hausse…

    Ahmed Ouyahia a critiqué, ce mardi 26 avril, la politique de hausse des salaires accordée en 2012. Évoquant une période « d’opulence financière » à l’époque, le chef du RND a rappelé son caractère éphémère.
    Printemps arabe
    Dans la foulée des printemps arabes, pour calmer le front social, le gouvernement qu’il dirigeait a entamé une revalorisation conséquente des rémunérations de la fonction publique, assortie d’une période de rappel lui donnant ainsi un effet rétroactif.
    Partie de la volonté de l’ancien…

  • Actualité - Politique

  • Économie