search-form-close
Mystérieux appels à manifester à Alger : une journée ordinaire sous haute surveillance policière

Mystérieux appels à manifester à Alger : une journée ordinaire sous haute surveillance policière

Les mystérieux appels à manifester ce samedi dans le quartier populaire de Bab El Oued, n’ont pas eu auprès de la population d’Alger l’écho qu’escomptaient leurs auteurs.

A El Kettani et les autres quartiers de Bab El Oued où un dispositif sécuritaire d’envergure a été déployé, en dehors de quelques interpellations, la journée s’est déroulée dans le calme.

 

| LIRE AUSSI : Mystérieux appels à manifester à Alger, la police antiémeute déployée

 

Déploiement des forces de l’ordre dès le matin

Dès le début de la matinée, un vaste dispositif sécuritaire a été déployé au cœur de la capitale, notamment à Alger-centre et Bab-El Oued. Sur plusieurs carrefours et axes importants de ces deux communes, des camions de CRS, des voitures et fourgons de police ont été positionnés.

Des véhicules banalisés et des policiers en civils ont également été déployés. Ils ont veillé à empêcher tout rassemblement, notamment dans le quartier d’El Kettani à Bab El Oued et sa fameuse esplanade en bord de mer.

A El Kettani, plusieurs fourgons de CRS étaient stationnés dès le matin, en plus de fourgons cellulaires qui feront, plus tard dans la journée, plusieurs aller-retour entre l’esplanade et le commissariat du quartier.

Méfiance de la population

La promenade qui longe les plages d’El Kettani et de Rmila était moins fréquentée que d’habitude. Les familles et les couples qui y viennent en nombre habituellement y étaient moins nombreux ce samedi. En dehors de cette baisse de fréquentation, l’atmosphère était presque la même que d’habitude, si ce n’est la méfiance et la curiosité perceptibles dans le quartier.

Une grande partie des passants et habitants interrogés sur les appels à manifester ont répondu n’être au courant de rien, alors que chez ceux qui étaient au courant, il était possible de déceler une méfiance certaine.

« Pourquoi ils parlent de djihad, de pagaille, de violence ? On ne veut pas de ça », a déclaré un jeune citoyen rencontré sur place, alors qu’un autre, petit buraliste, a affiché son inquiétude quant à l’impact qu’aurait une manifestation sur les commerces du quartier. « Qu’on nous laisse travailler, une marche va nous obliger à baisser le rideau et on a déjà assez de mal comme ça à gagner notre vie », s’est-il exclamé.

La teneur politique des messages diffusés depuis au moins vendredi sur les réseaux sociaux et appelant à manifester à Bab El Oued a grandement contribué à susciter la méfiance chez la population. Les passages parlant d’opposition au cinquième mandat de Boutefika et de « Djihad », ont inquiété plus qu’ils n’ont mobilisé.

« On s’inquiète pour nos jeunes, on ne veut plus qu’ils prennent la mer et on veut connaître la vérité sur ceux qui sont morts mais on n’a pas besoin de faire de la politique, de mettre la pagaille dans la ville pour ça », corrige un retraité visiblement inquiet.

Les familles des dix disparus en mer à la mi-novembre n’étaient pas impliquées dans cet appel à manifester ce samedi, contrairement à la marche organisée jeudi après-midi à Alger-centre. A cause de la teneur politique des messages diffusés, nous a-t-on expliqué.

Les « curieux » dispersés dans le calme

Tout au long de la journée, les rassemblements de jeunes ont été empêchés à El Kettani et ses alentours par les policiers qui y ont été déployés en nombre. Des rassemblements surtout de « curieux », d’amis venus en bande pour « voir ce qui se passe ».

Plusieurs petits groupes de jeunes ont été dispersés de façon pacifique. Des contrôles d’identité et quelques interpellations ont été effectués par les policiers dans le calme et sans heurts. Les jeunes interpellés ont été conduits vers le commissariat du quartier duquel ils ont été relâchés peu après, a-t-on appris de source sûre.

Vers 17 heures, la manifestation à laquelle des messages d’origine mystérieuse ont appelé n’a pas eu lieu et aucune tentative de rassemblement de protestation n’a été constatée. El Kettani et tout Bab El Oued ont passé une journée presque normale, sans qu’on sache si ce calme est dû à la présence dissuasive des forces de l’ordre ou à la méfiance de la population vis-à-vis du ton politique des appels à manifester relayés sur les réseaux sociaux.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close