search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Nouveau changement à la tête d’Algérie Télécom

Tayeb Kebbal, P-DG d’Algérie Télécom a été mis à la retraite, ce jeudi 20 avril, indique un communiqué du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC).

« La MTPIC, Madame Houda Imane Faraoun, a accédé (…) à la demande du PDG d’Algérie Télécom (…) formulée depuis quelque temps, de faire valoir son droit de départ à la retraite », indique le communiqué.

Il sera remplacé, à titre intérimaire, par Adel Kheman, DG adjoint en charge du Pôle technique au niveau de l’opérateur public, précise le cabinet de la MPTIC.

Tayeb Kebbal a été désigné PDG par intérim d’Algérie Télécom en juin 2016, après le limogeage de Azouaou Mehmel, puis il a été confirmé dans son poste le 22 novembre dernier. Il quitte l’opérateur historique après 32 ans de service.

Dans un message adressé aux salariés d’Algérie Télécom, Tayeb Kebbal a expliqué la raison de son départ.  “Je m’adresse à vous tous pour vous informer de ma décision de départ à la retraite. Et à cette occasion, je tiens à vous remercier pour m’avoir accompagné dans mes missions et je souhaite à chacune et chacun la réussite dans la poursuite des efforts entamés pour mener à terme les projets de développement que nous avons entrepris ensemble“. Il a également remercié la ministre de la PTIC et les administrateurs de l’opérateur historique.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie