search-form-close
Origine du coronavirus : la Chine réplique aux États-Unis

Origine du coronavirus : la Chine réplique aux États-Unis

Le gouvernement chinois a affirmé, ce mercredi 6 mai, que le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo « ne peut présenter de preuves » d’une fuite du nouveau coronavirus d’un laboratoire chinois « parce qu’il n’en a pas ».

« M. Pompeo s’est exprimé à plusieurs reprises mais il ne peut présenter de preuves », a déclaré devant la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, selon les agences de presse. « Et pourquoi ? Parce qu’il n’en a aucune », a-t-elle estimé. La responsable chinoise a également estimé que la question de l’origine de l’épidémie devrait être laissée aux experts scientifiques « plutôt qu’à des politiciens qui mentent au nom de leurs besoins de politique intérieure ».

Le gouvernement américain avait formulé de nombreuses accusations à l’égard de la Chine concernant l’origine du coronavirus Covid-19, ayant causé la mort de plus de 258 000 personnes dont plus de 71 000 aux États-Unis.

« Il existe des preuves immenses que c’est de là que c’est parti », a déclaré dimanche le secrétaire d’État américain sur la chaîne ABC, ajoutant que « ce n’est pas la première fois » que la Chine met ainsi « le monde en danger » à cause de « laboratoires ne respectant pas les normes ». M. Pompeo n’est cependant pas allé jusqu’à affirmer qu’il pensait que le nouveau coronavirus avait été libéré intentionnellement par la Chine.

Soutien de la Russie à la Chine

Le gouvernement chinois a également bénéficié du soutien de la Russie, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine affirmant que les États-Unis ont tort d’accuser la Chine d’être responsable de la pandémie du coronavirus sans fournir de preuve.

« Nous considérons que ce n’est pas le bon moment, étant en plein milieu d’une crise grave, d’une crise sans précédent, d’essayer de rejeter la faute sur l’OMS ou, le lendemain, sur la Chine », a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par le média américain CNBC.

M. Peskov a également affirmé que Moscou ne pouvait « faire preuve d’aucune solidarité » avec les allégations sans fournir de preuves. « Sans preuve, nous considérons qu’il est erroné d’attaquer des pays tiers de cette manière, disons le humblement, non diplomatique », a estimé le porte-parole du Kremlin.

De l’avis de nombreux chercheurs, le coronavirus Covid-19 est sans doute né chez la chauve-souris. Ils pensent cependant qu’il est passé par une autre espèce, comme le pangolin, avant de se transmettre à l’homme.

Néanmoins, la Chine continue de s’opposer à toute enquête internationale sur l’origine du coronavirus tant que la pandémie de Covid-19 et les accusations américaines visant Pékin continuent de se propager, indiqué ce mercredi l’ambassadeur chinois auprès des Nations unies à Genève.

  • Les derniers articles