search-form-close
Rencontre avec Bouteflika, pressions sur les magistrats : Me. Selini nous dit tout

Rencontre avec Bouteflika, pressions sur les magistrats : Me. Selini nous dit tout

Entretien. Me. Abdelmadjid Selini est le bâtonnier d’Alger.

Pourquoi avez-vous organisé un sit-in aujourd’hui devant le tribunal d’Alger ?

Nous avons organisé un sit-in de solidarité avec les magistrats qui ont contesté la décision de mutation du président d’une chambre correctionnelle au niveau du tribunal d’Alger devant lequel comparaissaient les manifestants.

Le président de cette chambre a refusé d’exécuter les instructions de mettre ces manifestants en détention. Il été muté par ordonnance et ils lui ont attribué une chambre de statut personnel. Les avocats se sont solidarisés avec les magistrats et ont estimé qu’il s’agissait d’une ingérence dans l’exercice de la mission du magistrat. Nous disons que le pouvoir exécutif doit respecter l’indépendance de la justice et que le magistrat ne doit répondre qu’à sa conscience et à la loi

L’Union des ordres des avocats organise samedi 23 mars une marche à Alger. Pourquoi ?

Le 23 mars est la journée nationale de l’avocat, c’est aussi l’anniversaire de l’assassinat de Ali Boumendjel. Cette journée coïncide avec les manifestations de rue et l’Union des avocats a décidé d’une marche des avocats qui viendront de l’ensemble des barreaux du pays pour y prendre part afin de se solidariser justement avec le mouvement populaire.

La mobilisation actuelle des avocats est-elle ponctuelle ?

Non. On a pris part à la mobilisation dès le départ et les avocats sont engagés et seront mobilisés jusqu’au bout. L’ordre des avocats est au service de la Nation et donc au service du pays et du peuple.

Que réclament les avocats?

Le respect de la constitution et de la volonté populaire. Et personne ne peut s’ériger contre cette volonté populaire qui est en train d’écrire une page nouvelle de l’histoire de notre pays et qui a fait que nous sommes présentés actuellement comme un exemple à travers le monde.

Quelles sont les propositions des avocats pour la sortie de crise ?

L’ordre des avocats a estimé que pour le moment, on ne peut pas nous ériger pour parler au nom du mouvement populaire dans la mesure où ce mouvement n’a mandaté personne pour le faire. Notre profession recèle en son sein des compétences qui peuvent formuler des propositions au cas où on nous solliciterait.

Il y a une photo de vous qui fait le tour des réseaux sociaux où vous prenez la main du président de la République. Qu’en est-il au juste ?

Non pas du tout. C’était le président qui m’a tendu la main, il s’attendait peut être à ce que je l’embrasse, mais moi je me suis juste un peu baisser, comme c’est d’usage, par respect pour l’institution du président. C’était en 2006, lors de la première Conférence nationale des avocats qui a été présidée par le président de la République qui avait accepté notre proposition de faire de la journée du 23 mars la Journée nationale des avocats. Loin de moi l’idée de faire un baisemain ou de courber l’échine devant quiconque, ce n’est pas mon genre. Mon parcours parle de lui-même, j’étais toujours là à défendre l’indépendance de la justice.

Donc, le président vous a tendu la main et vous avez fait de même ?

Oui. Il faut savoir que quand on rentre dans une salle d’audience, on se penche un peu en avant pour marquer le respect de l’institution et c’est ce que j’ai fait juste pour marquer le respect envers l’institution du Président de la République. Pas plus. Et dans mon discours, ce jour là j’ai décrié la justice de mon pays

Vous avez adressé une lettre au Conseil constitutionnel pour lui demander d’appliquer l’article 102 de la Constitution, le 5 mars dernier…

Oui, dès le départ, on a appelé le Conseil constitutionnel à appliquer la Constitution et à rejeter la candidature du président au motif qu’il ne réunissait pas la condition de la bonne santé pour prétendre à la magistrature suprême.

Les magistrats ont dénoncé l’absence de l’indépendance de la justice sous le règne de Tayeb Louh…

La justice chez nous n’a jamais été indépendante, elle a de tout temps été au service d’un certain nombre d’intérêts et ça a toujours été un instrument entre les mains du pouvoir pour briser les reins à ses adversaires.

Mais est-ce que Tayeb Louh intervenait dans les affaires de la justice ?

Je ne peux pas l’affirmer car je ne l’ai pas vécu.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close