search-form-close
Signalement mystérieux en série de plusieurs pages Facebook couvrant les manifestations

Signalement mystérieux en série de plusieurs pages Facebook couvrant les manifestations

La page Facebook algérienne « Derrière Chaque », suivie par plus de 2 millions d’utilisateurs, a été fermée ce mercredi 13 mars, à la suite de signalements en série qui ont été « effectués depuis hier soir ».

Contacté par TSA, Abdel, l’administrateur de « Derrière Chaque » affirme que la page a « subi des attaques depuis hier », sans en préciser la provenance. « Ce matin, nous ne pouvions pas répondre aux messages des abonnés » affirme-t-il. «Les comptes des deux administrateurs ont été piratés. C’est alors que nous avons demandé à nos abonnés de partager nos publications, mais, malheureusement, l’attaque était trop forte », a déclaré l’administrateur ajoutant que « la page a été fermée vers 13h30 ».

« Nous avons remarqué qu’il s’agissait des publications concernant les manifestations qui ont été les plus ciblées. Étant une page très suivie, nous avons fait une couverture médiatique des événements des dernières semaines » ajoute-t-il.

« D’abord, nous avons reçu des messages qui disaient tous la même chose de personnes que nous ne connaissions pas, puis, c’était sous la forme de commentaires identiques. C’est une attaque très forte, nous n’avons jamais vécu cela » confie-t-il.

Depuis, ils essaient tant bien que mal de récupérer leur page « en déposant un rapport à l’équipe support de Facebook sans réponses jusque-là, et nous avons créé une nouvelle page Club Derrière Chaque ».

Abdel envisage même de déposer une plainte auprès de la brigade de cybercriminalité s’il ne parvient pas à récupérer sa page.

Il ajoute que « Derrière Chaque n’est pas la seule page à avoir subi ces attaques ». Et effectivement, après vérification, toute la journée, plusieurs administrateurs de pages Facebook algériennes très populaires, ayant de 80 000 à plus d’1 million d’abonnés, ont signalé avoir des difficultés à communiquer avec leurs abonnés, sans jamais en indiquer la cause.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close