search-form-close
  • Brent: $56,71+0,39%
  • Taux de change: 1 € = 134 DZD (Officiel), 196,5 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Situation économiques du pays : les aveux d’Ouyahia

Sidali Djarboub / NEWPRESS
Le premier ministre Ahmed Ouyahia

Ahmed Ouyahia a dressé un tableau sombre de la situation économique du pays, dans une lettre adressée le 7 septembre aux ministres, aux walis et aux PDG des groupes industriels, ainsi qu’à d’autres responsables dont le patron de la centrale syndicale, l’UGTA.

Dans sa lettre, publiée par Algérie24, le Premier ministre demande aux différents cadres supérieurs de respecter l’article 83 du Code des marchés publics portant sur la nécessité de donner la priorité à la production nationale dans les différentes commandes passées par l’État.

« Si l’insistance sur le recours au produit national trouvait, par le passé, une explication dans la volonté de promouvoir la création d’un système de production de biens et de services, la question porte aujourd’hui sur la protection de la souveraineté économique et financière du pays », écrit Ahmed Ouyahia.

| LIRE AUSSI : Financement non conventionnel et inflation : le pari hautement risqué d’Ouyahia

Dans sa lettre, le Premier ministre revient sur l’explosion de la facture des importations de biens et de services au point « où elles ont dépassé les 70 milliards de dollars » au moment où une « chute vertigineuse des prix du pétrole est enregistrée sur le marché international depuis 2014 ».

Conséquence ? Un « déficit commercial pour le pays accompagné d’un épuisement rapide des réserves de changes », selon Ahmed Ouyahia qui ajoute : « En effet, nos réserves de change ont fortement baissé, passant de 200 milliards de dollars au premier semestre de l’année 2014 à près de 100 milliards de dollars au mois dernier ».

Le Premier ministre estime qu’il n’est pas « nécessaire de mentionner, dans cette lettre, que l’épuisement de nos réserves de change mènera le pays au recours à l’endettement extérieur qui pourrait, en cas d’accumulation, conduire à l’impossibilité de rembourser de manière à ce qu’on se retrouve une nouvelle fois avec un ajustement structurel ».

| LIRE AUSSI : Ouyahia dépeint un tableau sombre de la situation financière de l’Algérie

Ahmed Ouyahia indique que l’Algérie « a eu recours de manière légitime au financement non conventionnel » et précise que « l’État a pris des mesures préventives pour diminuer les importations des produits » et qu’il est « déterminé à pousser les ordonnateurs des commandes publiques à participer à cet effort ».

Le Premier ministre a envoyé une seconde lettre au secrétaire général de l’UGTA et au patronat les informant des instructions données aux ordonnateurs des commandes publiques pour donner la priorité à la production nationale de biens et de services.

Là encore, Ahmed Ouyahia précise à ses interlocuteurs que cette disposition est devenue « une nécessité absolue » pour diminuer le déficit de la balance commerciale et protéger les « réserves de change du pays ».

| LIRE AUSSI : Option planche à billets : comment en est-on arrivé là ?

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (11)

    • netzer

      netzer

      20 annees d exercice au pouvoir aujourd oui ouyahia vient nous raconter des blagues !ouyahia est responsable de la faillitte de l algerie avec tous les enarques qu il a installe aux niveaux des administration (walis,chefs de daira ,sg …) est aussi responsablle de la dilapidation totale du trésor des algeriens en arrosant ses acolytes du système ! il veut régler le problème ,il n a qu a rapatrier les devises transférées par ses sbires vers l étranger !et non pas racketter les salariers et petits commerçants honnêtes qui commencent a mettre les cles sous le paillasson et se diriger vers l informel eux aussi et avec sa planche a billets ,ouyahia va créer le chaos en Algérie : allah yester el blad echaab fak bik ya ouyahia dégages !

    • SalemAlgerino

      SalemAlgerino

      Mais vous continuez à saboter les créateurs de richesses et d’emplois, notamment, Mr. Rebrab.
      Mais le peuple, lui, vous jugera et saura vous sanctionner

    • wineth

      wineth

      C’est bien de prendre conscience du danger, aujourd’hui, mr Ouyahia, mais où étiez vous quand les projets d’investissements étaient bloqués et les containers ont inondé notre marché avec de la khorda, voir des importations fictives ? Où étiez vous quand votre pouvoir a gaspillé 800 milliards de dollars sans jeter les bases d’une économie saine ?

    • Fouroulou

      Fouroulou

      Sidi H’mimiche Aboudali, le derwiche soufi précise beaucoup, beaucoup de choses ! Le seul élément (central) sur lequel monsieur fait l’impasse c’est ce régime dont il est issu, qu’il a servi avec zèle et qui bloque toute possibilité de progrès pour ce pays. Elle est là la vérité !!! Alors couler pour couler, si ça pouvait nous débarrasser de cette clique de prédateurs sans honte, ni reproches. Les Algériens ou ce qu’il en restera n’auront pas à honorer les dettes que ce système va laisser, il faudra exiger une chasses aux milliards planqués ici et là, pas de pardon. Ça va se passer comme pour le régime de Ben Ali ou de l’autre tâche de Ghedaffi.

      • Fouroulou

        Fouroulou

        J’insiste : il faudra refuser d’honorer la dette qu’ils vont laisser derrière eux … Il est hors de question de faire payer aux générations de l’après régime des dettes indues, quelque soit notre futur, unis ou dispersés.

    • ELFELLAG

      ELFELLAG

      La malédiction qui s’acharne sur l’Algérie, avec un président flambeur qui a joué avec mille milliards de dollars,et un premier ministre racketteur qui impose aux modestes citoyens de faire payé les erreurs de son maitre

    • IZUMALS

      IZUMALS

      OU- YAYA, prépare sa candidature pour 2019, il estime que c’est au tour des kabyles de prendre le pouvoir, eux qui n’ont jamais accédé à la magistrature SUPREME depuis l’indépendance de l’Algérie alors qu’ils ont consentis de gros sacrifices dans la guerre contre FAFA…. !!!

    • Zaggat

      Zaggat

      Pathétique régime pavlovien,
      Depuis au moins 25 ans que ce Ahmed Ouyahia fait des essais sur les cobayes que nous sommes et échoue, mais on recommence.
      HACHMOU CHWIYA, ayez pitié de ce ghachi !!

    • ElPatron

      ElPatron

      Lorsqu’un libéral tient un discours soviétique ça donne cette lettre.
      Je me souviens personnellement d’un discours du défunt Chadli (Allah Yerahmou) ou il disait la même chose
      Mr le premier ministre la “préférence nationale” est inscrite dans une loi de la république (il y est stipulé que l’offre nationale bénéficie , entre autres,d’un avantage de 20 pour cent) , pourquoi , par exemple , ne pas commencer par un signal fort ??
      A savoir traduire en justice tous ceux qui n’ont pas appliqué cet article de loi ?
      Ce qui est fait ayant été fait , je souscris à cet ordre pour peu qu’il soit intégralement appliqué à tous ..
      C’est à dire que tous les ministères , administrations publiques achètent Algérien ..
      Que personne ne signe telle ou telle autre dérogation pour s’acheter des voitures MADE IN ….

  • À la une

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close