search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Skikda : trois bouchers qui s’apprêtaient à commercialiser de la viande d’âne arrêtés

Trois personnes qui s’apprêtaient à commercialiser de la viande d’âne et voler des troupeaux de vaches et  d’ovins ont été interpellées au cours des dernières 24 heures à Skikda, a indiqué lundi un communiqué du groupement de wilaya de la Gendarmerie nationale.

Agissant sur informations relatives à la présence de voleurs de bétail dans la mechta d’Oued Bibi dans la commune d’Ain Zouit, les gendarmes ont interpellé sur le chemin de wilaya (CW) 28 les mis en cause à bord d’un véhicule transportant 7 ânes soigneusement dissimulés, précise la Gendarmerie, rapporte l’agence officielle.

L’enquête a révélé que les ânes avaient été volés dans la localité d’Oued Bibi dont les habitants s’en servaient pour transporter leur récolte d’olive en zones difficilement accessibles, ajoute la même source qui indique que les prévenus exploitaient  un hangar à la cité Oued El Ouahch dans la commune de Skikda où les enquêteurs ont trouvé 6 bovins et 12 ovins qui auraient été également volés.

Le conducteur du véhicule a reconnu que ses deux compagnons, bouchers de leur état, allaient égorger les ânes et vendre leur viande aux boucheries de la ville de Skikda comme viande rouge hachée, a ajouté la même source qui note que les prévenus ont tout nié.

Présentés lundi après-midi devant la justice, les deux inculpés ont été condamnés à 18 mois de prison chacun. Le parquet avait requis à leur encontre 3 ans de prison ferme.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie