search-form-close

Sureffectifs : Air Algérie songe à un redéploiement de ses employés

La direction générale d’Air Algérie a décidé de geler temporairement le recrutement de pilotes, au nombre de 500 actuellement au sein de la compagnie, et de procéder au redéploiement des effectifs en affectant le surplus vers de nouvelles filiales.

Dans une déclaration faite ce mercredi 12 septembre à TSA Arabi, le DG de la compagnie, Bakhouche Allache, a indiqué que la situation financière de l’entreprise n’est pas dans le rouge mais ne permet d’ouvrir de nouveaux postes, sauf en cas de nécessité absolue. D’autant plus que, concernant les pilotes, leur nombre (500 actuellement) est largement suffisant pour faire fonctionner la flotte de l’entreprise.

M. Allache reconnait l’existence d’un problème de sureffectif au sein de la compagnie, qui, selon lui, « nécessite une étude minutieuse » mais exclut toutefois toute compression d’effectifs, estimant qu’il n’est pas possible de licencier des employés ayant des familles à charge. La direction réfléchit plutôt à un redéploiement des effectifs avec l’affectation du surplus vers d’autres filiales qui seront créées prochainement, a-t-il indiqué, sans fixer d’échéance pour cela.

Le problème du sureffectif au sein de la compagnie aérienne nationale avait été soulevé pour la première fois par l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui avait révélé qu’Air Algérie employait 9 500 personnes alors que ses différents services n’en avaient besoin que de 3 500, soit un surplus de 6 000 employés dont les salaires grevaient sérieusement la trésorerie de l’entreprise.

Dans une note interne adressée aux employés en novembre dernier, M. Allache avait mis en garde contre les conséquences de la persistance des surcoûts sur la situation financière de la compagnie nationale. Le DG avait alors parlé de sureffectifs, de hausse de la masse salariale et de lourdes dettes.

Cinq directeurs généraux se sont succédé ces dix dernières années à la tête d’Air Algérie mais aucun n’a réussi à l’extirper des problèmes dans lesquels elle se débat ou à la faire entrer dans le top 100 des meilleures compagnies mondiales.

close