search-form-close
Un think tank américain craint une déstabilisation de l’Algérie, appelle les USA à « être prêts à offrir leur aide dans la transition démocratique »

Un think tank américain craint une déstabilisation de l’Algérie, appelle les USA à « être prêts à offrir leur aide dans la transition démocratique »

Le think tank américain American Enterprise Institute (AEI) a mis en garde contre le risque que pourrait représenter pour les intérêts américains une éventuelle déstabilisation de l’Algérie.

« Les Algériens sortent dans les rues pour manifester contre la candidature de leur président malade. Les enthousiastes ont qualifié le soulèvement du Printemps arabe tardif en Algérie, mais trop peu d’entre parmi eux reconnaissent des implications potentiellement graves », affirme l’AEI, décrit comme interventionniste militairement et réputé proche du mouvement néoconservateur américain (George Bush, Dick Cheney, Elliot Abrams qui gère actuellement dossier vénézuélien, etc…).

« L’Algérie est et a été un fief de stabilité dans une région extrêmement instable. Le pays a fait disparaitre Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) et l’État islamique en son sein et les a neutralisés à ses frontières avec la Tunisie et le Mali. Et l’Algérie a tenu bon face à l’effondrement des États voisins en Libye et au Mali tout en jouant un rôle diplomatique dans les deux », indique le think tank, estimant que l’Algérie fait « désormais aussi partie du problème ».

« Le scénario du pire n’est pas improbable – la déstabilisation de l’Algérie, voire son effondrement- aggraverait considérablement la menace salafiste djihadiste, ouvrirait une nouvelle voie migratoire de masse vers l’Europe, et aurait un effet d’entraînement d’instabilité à travers des régions déjà dévastées par les conflits et la mauvaise gouvernance », avance l’American Entreprise Institute dans sa note publiée le 11 mars.

« La solution ne consiste pas à préserver ou à rétablir un dictateur en Algérie. Si les régimes répressifs peuvent limiter l’extrémisme un certain temps, voire des décennies, ils ont inévitablement une date d’expiration », estime l’AEI, ajoutant que les Etats-Unis doivent « plutôt être prêts à offrir leur aide dans la transition démocratique en Algérie ».

« Les Etats-Unis doivent enfin avoir un plan – et des moyens militaires et de renseignements- en place pour protéger les efforts régionaux dans la lutte antiterroriste dans le cas où l’Algérie se déstabilise ou s’effondre », conclut le think tank américain.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close