search-form-close
Une longue détention attend Farid Ikken en France

Une longue détention attend Farid Ikken en France

Avec ses aveux en garde à vue, il n’y a plus de doute. Farid Ikken a bien tenté d’assassiner un policier sur le parvis de Notre-Dame, l’un des lieux touristiques les plus visités de France. C’est aussi un acte qui a des motivations politico-idéologiques et qui relève donc de l’action terroriste, selon la loi française.

Entendu par les enquêteurs lors de garde à vue qui a pris fin dimanche soir, Farid Ikken est désormais placé en détention provisoire après avoir été inculpé pour “tentative d’assassinats sur personne dépositaire de l’autorité publique” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”. Le juge d’instruction va s’atteler à réunir les éléments qui peuvent corroborer ces qualifications retenues par le parquet anti-terroriste.

Pour la seule tentative d’assassinat d’un policier, l’accusé encourt une peine de réclusion criminelle à perpétuité. Le chef d’inculpation d’“associations de malfaiteurs terroriste criminelle” permet surtout aux juges d’élargir leurs investigations afin d’identifier de potentiels complices même si les premières conclusions plaident pour l’instant en faveur d’un acte isolé commis par un néophyte autoradicalisé, selon le procureur de la République de Paris.

En matière de terrorisme, la détention provisoire peut aller jusqu’à quatre ans avant l’ouverture d’un procès devant le tribunal antiterorriste de Paris, une juridiction spécialisée qui avait inspiré la création en Algérie des “cours spéciales” par le gouvernement de Bélaïd Abdesselam. Elles ont fini par être supprimées sous la pression des ONG de défense des droits de l’Homme et du courant politique dit “réconciliateur”.

Si la peine maximale encourue par Farid Ikken est la réclusion perpétuelle, rien n’indique que le tribunal la lui infligera malgré la circonstance aggravante de terrorisme. Pour sa défense, l’accusé sera probablement assisté d’un avocat commis d’office puisque ses moyens financiers ne lui permettent pas d’en constituer. Il pourra aussi choisir, comme cela peut arriver exceptionnellement, de se défendre par lui-même.

Juste en dessous de la réclusion à perpétuité, le Code pénal prévoit une peine limitée et dégressive : 30 ans, 25 ans, 20 ans… La détention est susceptible de réduction en fonction du profil du condamné et de son comportement en prison. Au prononcé, elle peut être aggravée d’autres mesures. Dans le cas de Farid Ikken, détenteur de la seule nationalité algérienne, il sera certainement expulsé vers son pays à la fin de sa détention.

| LIRE AUSSI : Agression de Paris : l’étonnant profil de l’Algérien auteur de l’acte

close