search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

​Spectre de l’abstention aux législatives : le gouvernement mobilise les imams

Le gouvernement redoute l’abstention aux législatives​ et le montre chaque jour : en plus de l’implication de ses membres à travers les appels à un vote massif, les imams et les zaouias sont également sollicités. 

Ce jeudi à Alger, le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa a appelé les imams à sensibiliser les citoyens à une participation massive aux prochaines élections tout en observant la neutralité.

« Les imams doivent œuvrer à convaincre et à sensibiliser les citoyens quant à l’importance des élections législatives tout en observant la neutralité étant donné que les lois de la République interdisent aux imams de prendre le parti d’aucune formation politique dans leurs prêches », a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse en marge d’une session de formation au profit des imams.

« Nous souhaitons que la société participe au choix de représentants compétents dans la nouvelle APN », a-t-il dit. D’autre part, il s’est félicité de l’initiative des zaouias qui organiseront des visites sur le terrain pour assurer le succès de l’élection. Par ailleurs, le ministre a rappelé, à propos de l’existence de sectes en Algérie, que la « mission de l’imam est de sensibiliser les  citoyens aux dangers de ce phénomène ». « La Constitution algérienne garantit la liberté de culte pour les non-musulmans, mais les lieux de culte ne saurait être utilisés sans autorisation ou en dehors de ce que stipulent les lois de la République », a-t-il expliqué.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie