search-form-close
  • Brent: $47,97+0,23%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 191,5 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Après le Bac, le concours de recrutement des enseignants entaché par des soupçons de triche

NEWPRESS
Nouria Benghabrit, ministre de l'Éducation nationale

Quelques jours après le chapitre baccalauréat, c’est au tour du concours de recrutements des enseignants d’être entaché de soupçons de triche. Hier jeudi, plus de 700.000 candidats ont passé le concours. Ce dernier devait se passer dans la transparence, comme le souhaitait la ministre de l’Éducation nationale. Mais cela n’a pas été le cas, selon le Syndicat national autonome des personnels de l’Administration publique (Snapap). Nabil Ferguenis, porte-parole du syndicat, parle d’un concours qui a perdu toute crédibilité. Selon lui, des cas de triche ont été enregistrés durant les épreuves mais pas seulement.

« Nous avons assisté à des cas de triche. Des candidats renvoyés à cause d’un retard de 10 minutes. Par ailleurs, j’estime qu’on ne peut pas juger un candidat au poste d’enseignant sur la base d’une seule journée d’examen qui, de surcroît, est surchargée : 4 épreuves à passer de 8h à 19h », dénonce-t-il. Un constat et une analyse soutenus par le porte-parole du CLA, Hakem Bachir. Selon ses dires, la triche serait due principalement au sentiment d’impunité qui règne dans la société.

| LIRE AUSSI : Fraude au Bac 2017 : 10 personnes arrêtées à Batna

« Pour nous, un concours ne doit avoir lieu que pour recruter de futurs enseignants qui doivent être formés au moins pendant deux ans. Il faut récupérer nos instituts de formation et non pas recruter directement des diplômés jugés sur une journée d’examen entachée par la triche ».

Selon des candidats qui ont assisté à des cas de triche, les candidats-enseignants utilisent les mêmes moyens que les élèves pour tricher au bac : « Les réseaux sociaux ». « Ils utilisaient leur téléphones pour envoyer les sujets. Ils se sont fait aidé par leurs proches », affirme un candidat qui a assisté à des cas de triche.

| LIRE AUSSI : BAC : plus de 400 candidats exclus notamment pour « usage de téléphones portables »

Par ailleurs, le CLA et le Snapap se disent révoltés par l’annonce d’une session spéciale pour les retardataires. Ils dénoncent une aberration pédagogique et une erreur de l’État. Pour Hakem Bachir du CLA, « il y a toujours eu des retardataires à cet examen. Nous n’avons jamais opté pour une session spéciale pour eux. C’est injuste. Il aurait au moins fallu attendre les résultats et organiser une session spéciale pour tous ceux qui ont échoué, dont les retardataires ». Il ajoute : « Au niveau du CLA, nous sommes hors de nous. Car c’est la deuxième fois que la ministre est désavouée. Il s’agit de son secteur. C’est elle qui doit proposer des solutions, non pas être mise devant le fait accompli ».

Pour sa part, le Snapap dénonce : « Ce n’est pas juste. Les retardataires passeront leur bac dans de meilleures conditions (hors ramadan). Ils ont plus de temps pour s’y préparer. Cela encourage la médiocrité ».

| LIRE AUSSI : Baccalauréat : les services de sécurité enquêtent sur la diffusion des sujets sur Internet

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (5)

    • netzer

      netzer

      C est le resultat des annees 80 ou l article 120 du parti du FLN permettait a ses militants illettres de faire des cours du soir (capacitaire) et qui terminent l annee avec des notes exellentes sans fournir d efforts mais grace a la contre partie aux profs sonnantes et trebuchantes ou en Lada russe ou logements, On se retrouvent avec des etudiants sans bac mieux sans cursus scolaire. resultat :c est nos deputes d aujourd houi

    • machar

      machar

      Et tout cela débouche sur quoi? Une société qui ne sait pas vers quel avenir elle se dirige, des citoyens qui ne se sentent pas gouvernés, la destruction de la vraie compétence et de la morale civique que l’on est sensé acquérir à l’école de la République, la fuite des bonnes volontés et des individus de valeur vers des rivages étrangers. Tout cela par manque de rigueur intellectuelle et d’honnêteté citoyenne qui fait naître un sentiment de désespérance. En vérité, la raison de toute cette magouille (car c’est une magouille dans aucun pays digne de ce nom on aurait organisé une séance de rattrapage pour des retardataires) c’est que ce gouvernement a peur de sa jeunesse et il sait que c’est cette jeunesse qui fera tout sauter. Espérons que les futures générations de notre pays seront guidées par des idées de liberté, de progrès et de justice.

    • Frida

      Frida

      Et dire que ceux-là vont enseigner à nos enfants leurs pratiques : magouille, triche, mensonge et en plus ils vont leur bourrer le crâne avec leur idéologie : c’est à dire islam =haïr et tuer tout ce qui n’est pas musulman.

    • cirtamann

      cirtamann

      Quelle honte, nous sommes devenus la risée du monde !
      Le bac algérien a perdu toute valeur et toute crédibilité et ça n’inquiète aucun responsable ni aucun élève de terminal cherchant à avoir ce sésame quitte à tricher et gruger jusqu’au bout.
      Pauvre Algérie, tu mérites mieux que ça ! Allah y jib el khir

    • Frida

      Frida

      Et voilà un 1er ministre qui fait un pied de nez a sa ministre. Ça se passe que chez nous. Les médiocres vont encore sevir. Rien d’étonnant dans une République bananiere dirigée par des corrompus et tous tricheurs. Vive l’Algérie de la triche et de la magouille.

  • À la une

    297Opération « mains propres » ou cabale anti-Haddad ?

    Chaque jour qui passe resserre un peu plus l’étau autour du PDG…

    Chaque jour qui passe resserre un peu plus l’étau autour du PDG de l’ETRHB, Ali Haddad. Son duel l’opposant au Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a pris un nouveau tournant ce samedi suite aux révélations faisant état d’un entretien entre Tebboune et le président Bouteflika, durant lequel ce dernier a donné des consignes claires pour « sévir » contre « les hommes d’affaires qui ne respectent pas les règles et ceux qui transfèrent de l’argent de manière illicite à…

  • L'Actualité en temps réel

  • International