search-form-close
Audi Q8 : le SUV qui rebat les cartes du Premium

Audi Q8 : le SUV qui rebat les cartes du Premium

Ouf ! On a eu peur… Après notre essai très mitigé de l’Audi A1, nous craignions que la marque premium allemande ne se soit reposée sur ses lauriers. Certes, la petite citadine confirmait le renouvellement réussi du style Audi, mais sa dynamique de conduite ne nous avait pas convaincu… Ici, le Q8 vient nous démontrer qu’Audi n’a rien perdu de sa volonté d’un très haut niveau d’innovation.

Un style qui fait débat

Sur le style, il y a néanmoins débat… Le Q8 se veut une version coupée du Q7. Certes, sa lunette arrière est plus inclinée, mais le toit est nettement moins fuyant que celui d’une BMW X6 ou X4. La faute à cette custode arrière à laquelle Audi semble tenir plus que de raison… Dommage, car cela altère la dynamique de style propre à un coupé. Heureusement, le Q8 a trouvé d’autres points d’accroche pour donner de la sportivité à son design. Les flancs galbés, le capot musclé et nervuré, la calandre verticale et puissante, la hauteur au sol accentuée par les contours de roues… Le Q8 assume une élégante agressivité avec des lignes résolument modernes et premium.

L’intérieur du Q8 se met au diapason de cet état esprit. La planche de bord est massive et robuste, mais la grille d’aération se fait discrète en se confondant avec l’horizontalité des lignes.On apprécie surtout la très belle baguette en bois qui semble avoir été taillée directement à même l’arbre: au toucher comme à l’oeil nu, elle accentue l’écrin premium de l’habitacle… Dommage qu’elle soit surmontée de cette plaque laquée qui n’a d’autres résultats que d’être entachée de traces de doigts. Une très agréable mousse surplombe tout ça, tandis que le bois est de retour sur les portières, quand ce n’est pas un velours très haut de gamme. Enfin, l’ambiance lumineuse égaye cet écrin très premium tout en étant utile. La portière vire au rouge si un obstacle extérieur (un vélo? une trottinette?) empêche d’ouvrir la porte.

Intérieur tout confort

Le Q8 joue également sur la connectivité pour améliorer le confort intérieur. On trouvera pas moins de trois écrans pour les commandes du conducteur. Un premier situé près du pommeau de vitesse contrôle la température et le confort des sièges en quelques clics. Plus haut, l’écran GPS, tactile également, compatible avec CarPlay et AndroidAuto. Et enfin, le tableau de bord entièrement digitalisé. A tout cela, Audi a cru bon d’ajouter un affichage tête haute… Pourquoi pas… Cette ode à une ergonomie digitalisée et au confort poussé à l’extrême n’aura néanmoins pas eu raison de cette commande inutilement complexe du régulateur-limitateur de vitesse…

Côté habitacle, le Q8 offre ce qu’il y a de mieux sur le marché: espace généreux, sièges confortables, une assise haute… Ce confort absolu est brillamment complété par des suspensions pneumatiques exceptionnelles et des vitres feuilletées conducteurs et passagers arrière qui calfeutrent acoustiquement l’ensemble de la voiture. Bref, il y a peu à dire sur le confort absolu du Q8, le soin apporté aux finitions…

Une conduite impeccable

Mais c’est bien la conduite qui achève de nous convaincre. Disponible uniquement en diesel 286 chevaux avec une boîte Tiptronic 8 vitesses, ce six cylindres est complété par un alterno-démarreur électrique de 48 volts qui permet d’améliorer la propulsion. On ressent quelques creux entre les rapports, à bas régime notamment, mais l’accélération est très fluide, une fois passé en haut régime, pour profiter des 600 Nm de couple. Si bien que les 130 km/h, la vitesse maximale en France, ne suffisent pas à ce monstre moteur. Attention, on se laisse vite tenter… En ville, le Q8 est très facilement manoeuvrable malgré ses 5 mètres de longueur, grâce à ses roues arrière directionnelles: agilité en dépassement, rayon de braquage réduit, stationnement facilité… Le Q8 est aussi agréable en ville que sur route.

Évidemment, la comparaison avec l’Audi A1 n’est pas pertinente, mais il n’empêche que la Q8 nous permet de nous réconcilier avec la marque aux anneaux. Le soin d’orfèvre apporté aux finitions, la sophistication moteur au service d’une conduite fluide et puissante, ce design très premium, font du grand SUV coupé d’Audi l’un des meilleurs du marché… La grille tarifaire démarre à 78.300 euros, soit nettement plus qu’un Q7 à 64.000 euros. En réalité, ces deux modèles ont quatre ans d’écart, soit une infinité en termes d’évolution technologique et de style…

 


 Plus d’infos sur l’économie & la finance sur La Tribune

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close