search-form-close
Charte pour la paix et la réconciliation : un « terrorisme audiovisuel » à l’ENTV

Charte pour la paix et la réconciliation : un « terrorisme audiovisuel » à l’ENTV

Les images diffusées par l’ENTV, vendredi 29 septembre, dans le cadre d’un reportage sur les douze ans de l’adoption de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, ne sont pas restées sans réactions.

Sur internet, de nombreuses personnes ont commenté les séquences violentes sorties des archives montrant des victimes après des attentats ou massacres perpétrés au cours des années 90.

| LIRE AUSSIImages choquantes de l’ENTV : des partis dénoncent « un chantage exercé par le pouvoir sur sa population »

Récupération politique

Beaucoup d’internautes se posent des questions quant au but visé par la diffusion de ces images inédites. Pour certains, le reportage de la télévision nationale revêt un caractère politique. Il s’agirait d’une piqûre de rappel pour effrayer la population.

Cette « stratégie » évoquée par beaucoup d’internautes ferait partie « d’un plan de communication » mis en place par le pouvoir pour éviter toutes contestations alors que le pays entre dans une conjoncture économique difficile et qu’on évoque déjà la possibilité d’un cinquième mandat en 2019.

Anonymat et intégrité des victimes

Au-delà des raisons de la diffusion, il y a la forme. Des corps disloqués, des membres arrachés, des victimes à terre ou sur des civières. Les visages ne sont pas floutés et de nombreux enfants blessés ou morts figurent sur ces séquences. De quoi choquer des internautes qui dénoncent un manque de respect pour les victimes et leurs familles.

D’autant plus que le reportage fait la part belle au président Abdelaziz Bouteflika, présenté comme l’homme providentiel. Plusieurs extraits de ses discours sont diffusés.

Un devoir de mémoire

Même si ces images sont choquantes, leur diffusion est légitime pensent certains lecteurs algériens. L’accroissement de la population, avec les nouvelles générations qui n’ont pas connu la guerre civile, rend le devoir de mémoire nécessaire.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close