search-form-close
  • Brent: $62,15-0,85%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Chihab Seddik appelle à des poursuites judiciaires contre Noureddine Boukrouh

Seddik Chihab tire à boulets rouges sur Noureddine Boukrouh. Pour le porte-parole du RND, l’ancien ministre du Commerce « a dépassé toutes les limites » en portant atteinte au président de la République. « Cet individu est connu. Quand les Algériens et les Algériennes ont refusé de lui donner leurs voix. Il a parlé de “ghachi” », a-t-il lancé, sur Ennahar TV, ce mercredi.

| LIRE AUSSI : La charge de Boukrouh contre le président Bouteflika

Et d’ajouter : « De mon point de vue, cet individu a dépassé les limites de la bienséance. Il a dépassé certains principes moraux et a porté atteinte au président de la République. Il a dépassé toutes les limites. Il faut que, juridiquement, on le remette à sa place ».

Seddik Chihab a rappelé que l’atteinte au président de la République était sanctionnée par la loi. « J’étais étonné de voir que les institutions chargées constitutionnellement de protéger les symboles de l’État (dont le Président, NDLR) ne sont pas intervenues. Elles ont bougé pour moins que cela. Parfois, c’était pour une caricature sur internet », lâche le porte-parole du RND qui souligne aussi le fait que Noureddine Boukrouh ait occupé le poste de ministre durant cinq ans. « Et maintenant, il donne des leçons aux Algériens et il s’attaque au Président », s’indigne-t-il.

| LIRE AUSSI : Noureddine Boukrouh exhume sa lettre adressée au président Bouteflika en 1999

Seddik Chihab se dit habitué de voir « une catégorie de l’opposition qui est opportuniste plus qu’il ne le faut ». « C’est l’opposition de ceux qui ont dépassé les 50 ans. Ceux qui ont pris des responsabilités, qui ont profité de la rente et des postes. Après leur départ en retraite, ils éprouvent le besoin de remplir le vide. Donc, ils s’opposent », ironise-t-il.

Dans une interview publiée par El Watan, l’ancien ministre avait accusé le chef de l’État de vouloir rester au pouvoir « comme un obsédé agrippé à quelque chose qu’il ne lâchera qu’une fois mort ».

close
close