Comment vont être distribués les créneaux laissés par Aigle Azur — TSA
search-form-close
Comment vont être distribués les créneaux laissés par Aigle Azur

Comment vont être distribués les créneaux laissés par Aigle Azur

Le gâteau diminue. Il y aura moins de créneaux horaires de décollage d’Aigle Azur à  Orly à partager. L’État va rafler les 20% des quelque 9150 créneaux laissés en jachère depuis la disparition d’Aigle Azur fin septembre. Selon des proches du dossier, l’État a en effet indiqué à Cohor, l’association qui gère les créneaux en France, qu’il préempterait 20% du « pool » de créneaux disponibles pour les attribuer à des liaisons d’obligation de services publics jugées stratégiques pour le désenclavement de certaines régions françaises. L’État va ainsi ponctionner plus de 1.800 créneaux soit l’équivalent de 2,5 vols quotidiens.

Lire aussi : Aigle Azur : l’histoire trépidante d’un fiasco

Distribution en décembre

Il ne restera donc que 7300 créneaux à distribuer pour les autres compagnies aériennes, soit l’équivalent de 10 vols quotidiens. Le calendrier a changé. Initialement prévue début novembre, la distribution a été décalée à début décembre, soit après la conférence que tiendra l’association internationale du transport aérien (IATA) sur les créneaux horaires,  du 12 au 15 novembre à Brisbane en Australie. Ces créneaux horaires sont très précieux à Orly en raison du plafonnement de l’aéroport à 250 000 mouvements par an.

La moitié des créneaux (3650) sera distribuée aux nouveaux entrants (parmi lesquels figurent aussi les compagnies qui n’ont que quelques vols à Orly) comme ASL Airlines par exemple. L’autre sera partagée entre les transporteurs déjà installés comme Air France, sa filiale low-cost Transavia, Easyjet, Vueling, Air Caraïbes, French Bee, Corsair, Level, La Compagnie… Contrairement à ce que pensent certains, cette partie des créneaux n’est pas distribuée au prorata de la part de marché des compagnies. Le risque d’émiettement est par conséquent très fort.

Les déçus seront nombreux

Les déçus seront forcément nombreux dans la mesure où le nombre de demandes de créneaux sera à coup sûr supérieur au volume disponible. Pour mémoire, la redistribution des créneaux d’Air Lib en 2003 concernait 30% environ de la capacité d’Orly (75 000 créneaux). Or la somme des demandes équivalait à la totalité des mouvements annuels de l’aéroport (250 000 créneaux). Autrement dit, il y avait trois fois plus de demandes de créneaux que de créneaux disponibles.


 Plus d’infos sur l’économie & la finance sur La Tribune

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close