search-form-close

Crise à APN : Le MSP s’en prend aux députés de la majorité

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) refuse de prendre position pour l’un ou l’autre parti dans la crise qui secoue l’APN depuis maintenant deux semaines.  Réuni ce mercredi 10 octobre à Alger, le bureau exécutif du mouvement a réitéré la neutralité du parti qui « ne peut être un acteur dans le déclenchement des crises ou dans leur persistance ».

« Le conflit à l’APN ne concerne pas le MSP qui, lors de l’élection du président de l’Assemblée avait voté pour son propre candidat », lit-on dans un communiqué rendu public à l’issue de la réunion. Le parti que dirige Abderazak Makri s’en prend aux députés de la majorité qui réclament le départ du président de l’APN, Saïd Bouhadja, en rappelant que « ceux qui mettent en péril aujourd’hui la stabilité des institutions sont ceux-là mêmes qui, au nom de la stabilité, s’en prenaient aux opposants et aux patriotes qui s’élevaient contre la médiocrité imposée à tous ».

Pour le MSP, la persistance de la crise à l’APN est le « symptôme d’une maladie chronique qui a atteint l’Etat algérien à cause d’une longue et profonde lutte pour le pouvoir et les dividendes sans aucune considération pour l’intérêt du pays ni pour son image au sein de l’opinion publique internationale. »  « L’éclatement au grand jour du conflit entre les pôles du pouvoir confirme encore une fois une vieille vérité, à savoir que la lutte pour le pouvoir se fait en dehors des institutions et du cadre constitutionnel », estime le parti.

close