search-form-close
Déconfinement en Algérie : les mesures sanitaires à respecter et ce que risquent les contrevenants

Déconfinement en Algérie : les mesures sanitaires à respecter et ce que risquent les contrevenants

Le premier ministre Abdelaziz Djerad a dévoilé ce jeudi 4 juin la feuille de route du gouvernement pour le déconfinement en l’Algérie. Il a fixé la liste des activités commerciales et de service autorisées à reprendre dès dimanche 7 juin. Les opérateurs et commerçants concernés doivent respecter un dispositif préventif d’accompagnement particulier qui comprend :

-L’obligation du port du masque.

-L’affichage des mesures barrières et de prévention sur les lieux.

-L’organisation des accès et des files d’attentes à l’extérieur et à l’intérieur des locaux de façon à respecter l’espacement et la distance physique, tout en limitant le nombre de personnes présentes au même lieu.

-La mise en place à l’intérieur des locaux, d’un sens unique de circulation, de marquage lisible au sol et de barrières, pour éviter les croisements des clients.

-L’installation de paillasses de désinfection aux entrées.

-La mise à la disposition des usagers et des clients de solution hydro-alcoolique.

-Le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux.

-La désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques.

-Prévoir des bacs dédiés à recueillir les masques, gants, mouchoirs ou matériel médical usagé.

Le gouvernement précise que « tous les clients doivent se doter d’un masque de protection et que les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation. »

Pour les salons de coiffure autorisés à ouvrir, le gouvernement juge que cette activité nécessite une organisation par « voie de rendez-vous, de respecter strictement l’obligation du port du masque par le coiffeur et le client, la limitation de l’accès au local à deux clients au maximum ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés. »

Pour les marchés à bestiaux hebdomadaires, les marchés de fruits et légumes ainsi que les souks et grands espaces de vente de proximité, le gouvernement explique qu’ « ils feront l’objet d’une attention particulière, où toutes les mesures sanitaires édictées doivent être appliquées rigoureusement par les responsables du marché, notamment le port du masque obligatoire, la distanciation physique, la désinfection des lieux et la mise à disposition des gels hydro-alcoolique ainsi que le contrôle et l’organisation des accès, par l’usage d’appareil, l’installation de couloirs et de paillasses de désinfection aux entrées et la matérialisation des circuits de circulation des usagers par le moyen de traçage et de panneaux d’indication. »

Le gouvernement ajoute que « ce dispositif d’accompagnement sera adossé à l’arsenal juridique national de prévention en matière d’hygiène et de sécurité et de médecine du travail, notamment la loi cadre n 88-07 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail. Dans ce cadre, les organismes de prévention notamment ceux sous tutelle du ministère du travail, à l’exemple de l’Institut National de Prévention des Risques Professionnels et l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique, seront mis à contribution en relation avec les organismes employeurs à l’effet d’intégrer les mesures sanitaires à observer au titre de la prévention et de la lutte contre le COVID-19, dans les règlements intérieurs des entreprises. »

Il ajoute que « la Commission de wilaya chargée de coordonner l’action sectorielle de prévention et de lutte contre la pandémie du Coronavirus Covid-19, en relation avec les services de santé, les services vétérinaires, les collectivités territoriales et les services de sécurité, veilleront chacun en ce qui le concerne, à l’application de l’ensemble des mesures de prévention ».

Le non-respect de ces mesures « donnera lieu à la fermeture immédiate du commerce ou de l’activité concernée et à l’application rigoureuse des sanctions prévues par la législation et la réglementation en vigueur », prévient le gouvernement dans sa feuille de route.

  • Les derniers articles