search-form-close
  • Brent: $58,12+0,44%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Deutsche Bank anticipe une baisse de 20% sur les investissements publics en Algérie en 2018

Dans une note d’analyse envoyée à ses clients ce jeudi 5 octobre, et dont TSA a pu consulter une synthèse, Deutsche Bank revoit à la baisse ses prévisions de bénéfices pour le cimentier français LafargeHolcim en Algérie.

Alors que l’Algérie est un marché clé pour le cimentier, Deutsche Bank anticipe de nouvelles coupes budgétaires dans le pays « alors que 60% de l’activité de construction est directement dépendante de la dépense publique ».

Deutsche Bank rappelle qu’en raison d’une chute des recettes des hydrocarbures, « le gouvernement a commencé à mettre en œuvre des réductions majeures des dépenses, avec une baisse de 20% sur les investissements publics prévus pour 2018 »,

En outre, précise le document, les réductions des subventions gouvernementales pour le gaz et l’électricité pourraient entraîner une augmentation du coût de production du ciment de 25%.

Dans ce contexte, Deutsche Bank abaisse de 3-4% ses prévisions d’Ebitda (excédent brut d’exploitation ajusté). La banque allemande rappelle que l’Algérie contribue à hauteur de 8% à l’Ebitda du groupe avec une marge très élevée.

En mars, dans une note consultée par TSA, la banque allemande se disait déjà inquiète de la situation en Algérie. « Nous croyons que l’Algérie a l’une des marges de bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) les plus importantes  du portefeuille du groupe [LafargeHolcim]. (Mais) ce marché est lourdement dépendant des politiques du gouvernement ».

« Bien que nous restons confiants sur les fondamentaux du marché jusqu’en 2018, nous voyons encore l’Algérie comme une menace à plus long terme pour LafargeHolcim », précisait le document.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close