search-form-close
Vendredi 14 : forte mobilisation à travers le pays

Vendredi 14 : forte mobilisation à travers le pays

23h47. L’association Raj lance une alerte : un manifestant porté disparu à Alger

23h30. Le Tifo d’Oum El Bouaghi

DR


 

23h27. 14e vendredi du mouvement populaire : ce qu’il faut retenir (Lire)

22h05. Bejaia : après la marche, l’ftar collectif

22h01. Alger, un enfant se perd dans la foule, les manifestants entrent en action, pour retrouver sa maman.

21h51. Alger, un manifestant exprime avec humour la revendication relative au départ des symboles du système

21h43. À Alger, le peuple brave un dispositif de police hors normes (Lire)

21h20. « Les pratiques du pouvoir annoncent les prémisses de la continuité du système », estime la LADDH (Lire)

20h35. Alger, décès d’un manifestant victime d’une crise cardiaque

20h31. Selon le député RCD Atmane Mazouz les manifestants arrêtés ce matin à Alger ont été libérés

19h00. Dans son JT de 19h00, l’ENTV résume les revendications des manifestants à la lutte contre la corruption et la mise en place d’une instance de contrôle des élections. Rien sur les demandes relatives au départ des B

18h44. Un rassemblement d’Algériens a été organisé vendredi après-midi à Paris près de l’ambassade d’Algérie en France pour exiger le départ « immédiat » du régime et l’instauration d’un Etat de droit.

>> Lire sur TSA : Une nouvelle défaite pour le régime

18h29. Bou Saâda : les manifestants ont réitéré leur rejet de la présidentielle du 4 juillet.

18h25. Le RCD dénonce les « pratiques totalitaires » du système.


18h24. Les manifs du 14e vendredi vues par l’agence officielle.


18h18. Blida : le message d’une fillette à Gaid Salah.


18h14. Des manifestations pacifiques se sont déroulées ce vendredi dans plusieurs villes du pays : Alger, Oran, Constantine, Annaba, Skikda, Batna, Setif, Khenchela, Bejaia, Tizi Ouzou, Bouira, Boumerdes, Ain Defla, Djelfa, Mascara, Relizane, Bordj Bou Arreridj, Saida, Mostaganem, Tlemcen, Tiaret, Ain Temouchent, El Oued, Blida, Sidi Bel Abbès… A Alger, la matinée a été marquée par plusieurs interpellations opérées par la police, et en fin d’après-midi, les policiers ont chargé les manifestants pour les disperser par la force.

18h06. Alger, Grande Poste : la police disperse les manifestants par la force. Des coups de matraques sont donnés aux manifestants pacifiques.

18h04. Alger, tensions entre policiers et manifestants.

18h02. Dans son JT de 18h00, Canal Algérie élude les revendications des manifestants relatives au départ de Bedoui et Bensalah.

18h00. Ain Defla : les citoyens ont marché pour réclamer le départ du système.

17h46. Comme chaque vendredi, Bordj Bou Arreridj a connu une marche imposante.


17h45. Mascara : une imposante manifestation a eu lieu ce vendredi dans les rues pour réitérer un rejet massif du « coup de force du pouvoir ». « Non à la dictature. Non au système. Oui pour une transition démocratique », ont longuement scandé les manifestants qui ont bravé la chaleur et le jeûne.

17h44. A El Oued, malgré la chaleur et le jeûne, les citoyens ont manifesté comme dans de nombreuses villes du pays.

17h43. Boumerdes, imposante marche pour réclamer le départ du système, et rejeter le refus de la présidentielle du 4 juillet.


16h54. RAJ dénonce l’interpellation de trois de ses militants par la police et exige leur libération.


16h49. Blida : imposante marche contre le régime. Les manifestants réclament le départ des B et de la îssaba.


16h44. Aïn Témouchent : la mobilisation est loin de s’essouffler malgré le Ramadan. Des milliers de manifestants ont investi la rue. « Nous dénonçons haut et fort notre rejet de la dictature que veut imposer le pouvoir à travers le maintien des élections et son refus de répondre aux revendications du peuple », déclare un des manifestants.

16h38. Mostaganem : importante mobilisation de la population.


16h37. L’image du jour : un manifestant asperge d’eau un policier à Alger.

[ Photo : DR ]


16h35. Imposante marche à Saida contre le système et la bande.


16h32. Tifo géant déployé par des manifestants à El Bayadh.

[ Photo : TSA ]


16h23. Alger, devant le Sénat et l’APN, les manifestants scandent : « Klitou lebleb ya serakine ».

16h22. Annaba : imposante manif contre le système.

La riposte du PEUPLEGrandiose manifestation à Annaba« جيش شعب خاوة خاوة و الڨايد صالح مع الخونة »vidéo

Publiée par Kouadria Smain sur Vendredi 24 mai 2019


16h20. Alger le 24 mai : 14e vendredi en direct.


16h11. Chlef : sous un soleil de plomb, des milliers de manifestants ont battu le pavé ce vendredi pour dénoncer « l’entêtement du régime à se maintenir au pouvoir ». « Non aux élections du 4 juillet », ont scandé à l’unisson les manifestants qui se disent « déterminés à poursuivre ce combat pacifique jusqu’à la restitution de la souveraineté au peuple ».

16h10. Alger la place des martyrs noire de monde.

[ Photo : TSA ]


16h03. Alger : après avoir effectué des interpellations la matinée, la police a cédé le terrain aux manifestants. Tout se déroule dans le calme.

15h55. Alger le 24 mai : 14e vendredi? en direct de la Place des Martyrs.


15h51. Relizane : « Irhalou ya îssaba ».


15h48. Sidi Bel Abbès, les manifestants très nombreux, rejettent les présidentielles du 4 juillet.


15h47. Skikda : des milliers de manifestants dans la rue pour réclamer le départ du système.


15h46. Imposante manifestation à Sétif.

[ Photo : TSA ]


15h36. Alger, la place des martyrs noire de monde, une première depuis le 22 février.

[ Photo : TSA ]


15h34. Bouira : très forte mobilisation des manifestants. La foule commence à se disperser.

15h34. Tiaret : des milliers de manifestants marchent en ce moment dans les rues. « Non aux élections du 4 juillet », lancent les manifestants qui réclament « un Etat civil ».

15h40. El Tarf : le message d’un manifestant à Gaid Salah.

[ Photo : TSA ]


15h27. Alger, les manifestants se dirigent vers la Place des Martyrs.

[ Photo : TSA ]


15h17. Alger, le boulevard Amirouche noir de monde.

[ Photo : TSA ]


15h16. Alger, les manifestants marchent vers la Place des Martyrs.

[ Photo : TSA ]


15h07. Alger, un manifestant qui appelle l’armée à prendre ses responsabilités.

[ Photo : TSA ]


15h05. Le message d’un manifestant d’Annaba.


15h04. Jijel : Imposante marche contre le régime et  les présidentielles du 4 juillet.


15h00. Des manifestations contre le régime se déroulent actuellement dans plusieurs villes du pays : Alger, Oran, Mostaganem, Batna, Constantine, Bejaia, Tizi Ouzou, Bouira, Djelfa, Jijel, Ain Temouchent, Tlemcen, etc. Les manifestants rejettent les élections présidentielles du 4 juillet, réclament le départ des « B ».

14h57. Oran : malgré le Ramadhan, la mobilisation est intacte. Le nombre des manifestants s’est maintenu au même niveau que lors des vendredis d’avant le Ramadhan. Les manifestants maintiennent leur « rejet des élection prévues le 4 juillet prochain » et continuent de réclamer « un Etat civil et démocratique ». Les Oranais manifestent en famille. L’ambiance est bon enfant et festive.

14h55. Un tifo géant déployé pour la première fois sur la façade d’un bâtiment à Tizi Ouzou.

[ Photo : TSA ]


14h44. Mostaganem : la mobilisation reste intacte. Les manifestants refusent les élections du 04 juillet prochain et critique sévèrement le chef de l’ANP (source : site Mostaganem-aujourd’hui.com)


14h43. Alger, 14e vendredi : toutes les rues du centre-ville sont quasiment saturées de manifestants qui scandent : « Pas d’élections avec el îssaba, et promettent une marche le 4 juillet. Les manifestants scandent des slogans hostiles à Gaid Salah.

14h41. Constantine, les manifestants réclament le départ des « B ».

[ Photo : TSA ]


14h40. Mostaganem : « Djazaïr hora démocratia » scandent les manifestants qui participent à la marche en ce moment.

14h37. Oran : « Dawla madania machi askaria (Pour un Etat civil et non militaire) », scandent les milliers de manifestants qui marchent dans la rue.

14h35. Un tifo géant déployé sur la façade d’un bâtiment à Bejaia.

[ Photo : DR ]


14h34. Batna : les manifestants disent « non à un régime militaire, oui pour un Etat civil ».

14h31. Mostaganem :  les manifestants battent le pavé et scandent « Non aux élections dirigées par Bensalah et Bedoui ».

14h30. Alger, la place de la Grande Poste noire monde.


14h29. Alger le 24 mai : 14e vendredi en direct.


14h26. Alger : ce matin, les policiers ont effectué des interpellations et confisqué le matériel de travail des journalistes (Source : Chaîne III).

14h25. Constantine, les manifestants scandent « Bensalah dégage, Bedoui dégage » et « Djeich chaab khawa khawa ».


14h23. Alger, les « gilets orange » aspergent de l’eau sur les manifestants et ça fait du bien. Il fait chaud aujourd’hui.

14h22. Oran : les rangs des manifestants grossissent de plus en plus. « Pour un Etat civil et démocratique », scandent les manifestants.

14h22. Djelfa : les manifestants dans la rue pour réclamer le départ du système et dire non aux présidentielles du 4 juillet.


14h20. Bejaia : des milliers de personnes dans la rue pour le 14e vendredi consécutif.


14h17. Alger, la place du 1er mai noire de monde.


14h15. Sur les réseaux sociaux, de nombreux Algériens dénoncent les arrestations à Alger.

14h14. Constantine : la manif du 14e vendredi a commencé.

14h10. Dans un communiqué, Mokrane Ait Larbi dénonce « la répression des manifestants sur ordre d’un gouvernement rejeté par le peuple ». Il ajoute : « je demande le respect du droit du peuple à marcher et à manifester pacifiquement ainsi que son droit de brandir le drapeau qu’il souhaite ». Me Ait Larbi appelle à la libération de tous les manifestants interpellés.

14h12. Oran : les manifestants commencent à affluer sur la place du 1er Novembre 1954 (ex-place d’armes) en prévision du 14e vendredi de mobilisation pacifique.

14h11. Tlemcen : des milliers de manifestants défilent en ce moment dans les rues. « Non aux élections du 4 juillet », scande la foule.

14h05. Alger, les manifestants réaffirment leur attachement à un Etat civil. « Hadi l’Algérie, machi Sissi ».

14h04. RAJ dénonce « la répression policière et appelle à la poursuite de la mobilisation pacifique ».

14h03. Alger-centre déjà noire de monde, la mobilisation pacifique reste intacte.

[ Photo : TSA ]


13h57. Alger le 24 mai : 14e vendredi en direct de la rue Didouche Mourad.


13h53. Une imposante foule s’est formée devant l’université de Tizi Ouzou pour la marche du 14e vendredi des manifestations pour demander un changement radical du système. Sur place, la foule scande : « Ulac lvot à el Gaid »

13h50. Le FFS dénonce les arrestations et la répression à Alger (Communiqué). (Lire)

13h51. La marche a également commencé à Bouira.

13h50. La marche vient de débuter à l’instant à Tizi Ouzou en scandant « makache intikhabate ya el issabate ».

13h17. Alger, le tunnel des facultés est fermé. Un manifestant s’est approché du cordon de police avec une rose à la main.

[ Photo : TSA ]


12h52. Alger : une petite fille brandit le cadre de Larbi Ben M’hidi.

[ Photo : Sabrina Khelil ]


12h45. Un hélicoptère de la police tournoie dans le ciel d’Alger.

12h37. Alger, 14e, vendredi : les manifestants au RDV, malgré un dispositif policier impressionnant.


12h34. Alger, la foule de manifestants continue de grossir.


12h29. Alger, sur cette pancarte, le message des manifestants au régime.

[ Photo : TSA ]


12h24. Alger : les Algériens toujours mobilisés pour changer le système. Malgré la répression, la chaleur, la faim et la soif, ils sont descendus dans la rue tôt pour réaffirmer leurs revendications.

12h19. Alger, la place des Martyrs à l’instant.

[ Photo : TSA ]


12h17. Alger : le centre-ville se remplit de manifestants. Le régime a échoué dans sa tentative d’empêcher la manifestation. Les policiers ont procédé à de nombreuses interpellations ce matin.

12h16. Alger, regardez l’ambiance à la Grande Poste.


12h07. Abdelkrim Boudraâ porte-parole de Nabni : « Ça a commencé plus tôt que prévu ».


11h44. Alger, le message d’un manifestant au régime.

[ Photo : TSA ]


11h43. Alger, regardez l’impressionnant déploiement des forces antiémeute à la Grande Poste.


11h37. Alger, la déclaration de Me Mustapha Bouchachi.


11h37. Alger, 14e, vendredi : les manifestants au RDV, malgré un dispositif policier impressionnant.


11h33. Alger, la mobilisation populaire met en échec la tentative d’interdire la manifestation.


11h31. Said Salhi, vice-président de la LADDH, dénonce « un coup de forte qui s’installe ».


11h23. Alger, des manifestants scandent des slogans hostiles à Gaid Salah.

11h21. Alger, toutes les générations sont présentes pour le 14e vendredi.


11h20. Alger : la manifestation commence à prendre de l’ampleur après un début tendu marqué de nombreuses interpellations.

11h16. Début des manifestations dans le centre d’Alger.


11h11. Alger : sous la pression des manifestants de plus en plus nombreux, les policiers cèdent le passage vers la place de la Grande Poste.

11h04. Alger, devant la Fac centrale, des manifestants sont rassemblés et scandent : « Pas d’élections avec le gang ».

11h00. Alger : la police continue de procéder à l’interpellation des manifestants. Un important dispositif policier est déployé dans le centre-ville. Chose inhabituelle, de nombreuses policières sont déployées certainement pour s’occuper des manifestantes.

10h54. 


10h35. Quelques manifestants à la Rue Didouche Mourad mais ils sont silencieux.

[ Photo : TSA ]


10h30. La place de la Grande poste à 10h25. Impressionnant dispositif policier. Absence de manifestants contrairement aux précédents vendredis, à cause des interpellations massives opérées depuis ce matin.

[ Photo : TSA ]


10h31. 


10h25. Alger : la police opère des arrestations massives parmi les manifestants. Forte présence des femmes policières, une première depuis le début des manifestants pacifiques.

10h20. L’association RAJ dénonce une descente policière à Alger.


10h03. Alger, impressionnant déploiement de la police.

[ Photo : TSA ]


>> Lire sur TSA : Les nuages s’amoncellent sur l’économie : le gouvernement prépare les conditions d’une explosion sociale

09h55. Un impressionnant dispositif policier est mis en place autour de la Grande Poste, plusieurs vérifications et interpellations ont eu lieu.


09h34. Les policiers patrouillent dans des véhicules et interpellent les manifestants autour de la Grande Poste et dans le centre-ville.

09h30. Une des affiches appelant à manifester ce vendredi : « Articles 7 et 8 : le pouvoir au peuple « .


09h30. Alger : la police arrête toute personne en possession d’un drapeau ou d’une pancarte.

09h59. Alger, la police opère des arrestations massives parmi les manifestants.

>> Lire sur TSA : Les acteurs de la société civile dénoncent l’usage « excessif » de la violence contre les manifestants

09h15. Un député RCD dénonce de « nombreuses interpellations » à Alger. « De nombreuses interpellations sont opérées par les services de sécurité depuis ce matin dont font partie des élus et la députée Nora Ouali. Gaïd Salah exécute l’état de siège sur Alger annoncé à travers son discours par la nouvelle gestion des marches populaires », écrit Atmane Mazouz sur son compte Facebook. « La dérive autoritaire en cours est une escalade dangereuse qui discrédite davantage l’institution militaire à travers son intrusion assumée dans l’empêchement des marches et de l’expression pacifiques et populaires », ajoute-t-il.


>> Lire sur TSA : Un 14e vendredi aux enjeux politiques et symboliques

Les Algériens marcheront encore ce vendredi 24 mai, pour la quatorzième fois depuis le début de leur mouvement populaire pour le changement lancé il y a trois mois. Quatorze vendredis, trois mois et pas l’esquisse d’une solution ne pointe à l’horizon.

Sur le plan politique, l’impasse est en effet totale avec un pouvoir qui tient à sa « solution constitutionnelle » et une rue qui exige une vraie transition ou rien. Ce quatorzième vendredi coïncide justement avec l’expiration, à minuit, du délai de dépôt des candidatures pour l’élection présidentielle du 4 juillet. Il est certain qu’on ne se bousculera pas devant le Conseil constitutionnel et il très probable que le report ou l’annulation du scrutin soit prononcé, pas forcément le soir-même.

Ceux qui marcheront dans la journée à Alger et dans d’autres villes du pays auront à réitérer leur rejet du scrutin qu’ils avaient cru avoir définitivement enterré par la forte mobilisation des deux premiers vendredis de ramadhan. D’aucuns s’attendaient à ce que l’échec de « la solution constitutionnelle » soit prononcé formellement et une autre feuille de route dévoilée. Mais encore une fois, il n’en sera rien.

Abdelkader Bensalah, le chef de l’État provisoire a parlé le 19 mai à l’occasion de la journée nationale de l’étudiant mais n’a pas évoqué l’élection. Le fait que l’échéance soit ainsi zappée par le premier personnage de l’État était un signe supplémentaire qu’elle n’aura pas lieu, du moins pas à la date prévue. D’autant que Bensalah n’a, dans le même discours, pas tari d’éloges sur les étudiants, les manifestants et tout le mouvement citoyen, félicitant tout le monde « pour cette image distinguée qui a impressionné le monde entier au point de devenir un exemple et un modèle à suivre ».

Le chef de l’État a aussi glissé ce message plein d’espoir en se disant que l’Algérie « saura se relever et sortir indemne de son épreuve, grâce à ses loyaux enfants qui ont mis de côté leur vie pour se consacrer résolument à l’édification de leur patrie afin que leur peuple puisse vivre dans la sécurité, la stabilité, la sérénité et la prospérité ». Mais Bensalah n’a rien annoncé de concret et les regards étaient braqués sur la quatrième région militaire où le chef d’état-major de l’ANP était en visite pour la quatrième fois en moins de deux mois. Ahmed Gaïd Salah ne pouvait commettre l’imprudence d’annoncer lui-même une décision politique d’une telle importance, mais il était attendu qu’il livre au moins une « suggestion » allant dans le sens de l’acceptation d’une solution qui ne passe pas nécessairement par la présidentielle.

Hélas, le chef de l’armée n’a pas non plus franchi le pas, même s’il a appelé à mettre en place une instance indépendante d’organisation du scrutin et n’a à aucun moment évoqué la date du 4 juillet. Au contraire, il a presque ramené les choses à la case départ en qualifiant de « revendication non objective et irraisonnable, voire dangereuse et malveillante », l’exigence du départ du système et, surtout, en réitérant que « la tenue des élections présidentielles mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer cette crise ».

Mais comme à chaque fois qu’il indique une attitude à suivre, Gaïd Salah semble avoir la même certitude qu’il ne sera pas suivi. En tout cas, de la même allocution, il ressort qu’il a la conviction que les manifestations ne s’arrêteront pas en disant qu’« il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d’organisation et d’encadrement efficace… ».

Il ne croyait pas si bien dire puisque, immédiatement après, les appels de ralliement pour une grande mobilisation ce vendredi ont fusé sur les réseaux sociaux. La mobilisation s’annonce record en dépit du jeûne et du soleil qui devrait taper plus fort que les deux premiers vendredis de ramadhan. On sait maintenant que ces aléas constituent des détails presque insignifiants.


📲 Téléchargez notre application pour recevoir nos alertes en temps réel

📌 Si vous avez des vidéos, des photos, des informations à partager sur les manifestations près de chez vous, n’hésitez pas à nous les envoyer

📌 Pour participer au débat sur la situation actuelle du pays, adressez-nous vos contributions

📩 contact@tsa-algerie.com

🎞 Suivez nos live Streaming en direct sur notre page facebook

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close