search-form-close
Discours de Gaïd Salah : ce qu’il faut retenir

Discours de Gaïd Salah : ce qu’il faut retenir

Le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense nationale, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, a prononcé ce jeudi 8 août une allocution en marge de sa visite de travail et d’inspection en 1ère Région militaire à Blida dans laquelle il a abordé une nouvelle fois la situation de crise politique que traverse l’Algérie depuis plusieurs mois. Voici les principaux points à retenir de son discours.

« Attachement au « cadre constitutionnel »

Le chef d’état-major a réitéré l’attachement de l’armée au « cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle, considérant que c’est la garantie fondamentale, voire l’unique garantie pour préserver l’Etat et ses institutions ainsi que pour éviter de tomber dans l’écueil du vide constitutionnel et de glisser dans des conséquences désastreuses ».

« L’Algérie, ce pays cher à nos cœurs, grand par ses braves hommes intrépides et sa glorieuse histoire, ainsi que grâce à ses potentiels disponibles, ses multiples réalisations et son avenir prometteur, n’est pas un jouet entre les mains des aventuriers », a affirmé le général de corps d’armée.

« Et nous nous attelons, au sein de l’Armée nationale populaire, en permanence et avec une grande vigilance, à la défendre et la préserver, et resterons aux aguets face à quiconque qui tenterait de porter atteinte à sa stabilité, sa sécurité, sa réputation et sa renommée », a-t-il ajouté.

Soutien à Bensalah et Bedoui

Ahmed Gaïd Salah a apporté un soutien marqué à son Premier ministre Noureddine Bedoui ainsi qu’au chef d’Etat par intérim Abdelkader Bensalah, affirmant qu’un suivi quotidien de leur « performance » lui a permis d’estimer qu’ils « s’acquittent convenablement de leurs missions ».

« Concernant l’attachement du Haut commandement de l’Armée nationale populaire aux institutions de l’Etat et leur accompagnement, nous soulignons que nous veillons à ce que ces institutions continuent à exercer leurs missions jusqu’à l’élection d’un nouveau Président de la République », a indiqué le général de corps d’armée, ajoutant que « ceux qui sont en charge de ces institutions sont des responsables qui s’acquittent convenablement de leurs missions ».

« Ce n’est ni de la complaisance ni une altération des faits, mais cela découle de notre suivi quotidien de la performance de ces institutions », a fait savoir Gaïd Salah.

Soutien au panel de dialogue

Le chef d’état-major a apporté son soutien au panel de dialogue coordonné par Karim Younes. « Nous valorisons, au sein de l’Armée Nationale Populaire, les efforts de l’instance nationale de médiation et de dialogue dans sa noble mission et encourageons ses initiatives visant à accélérer la tenue des phases du dialogue et la prise de toutes les mesures menant à la concrétisation de l’objectif escompté », a indiqué le général de corps d’armée.

« A cet effet, nous soulignons que l’Armée Nationale Populaire, qui a accompagné depuis le début les revendications du peuple algérien, exprimées à travers les marches pacifiques, considère aujourd’hui, en compagnie des vaillants fils de la patrie, que les revendications fondamentales ont été entièrement réalisées, et ne reste plus que l’étape des élections présidentielles et la prise des mesures y afférent qui sont nécessaires à leur réussite », a précisé Gaïd Salah.

Rejet des « revendications irraisonnables et obsolètes »

Le vice-ministre de la Défense a une nouvelle rejeté ce qu’il qualifie de « revendications irraisonnables et obsolètes » formulées par ce qu’il considère être « certains groupes infimes ayant un lien avec la bande ».

« Nous constatons que certains groupes infimes ayant un lien avec la bande, s’acharnent à rejeter toutes les initiatives présentées et tous les résultats obtenus, en scandant des slogans tendancieux et lançant des appels douteux, dont le but est de minimiser l’importance de ce qui a été réalisé et de s’accrocher à des revendications irraisonnables et obsolètes », a affirmé le général de corps d’armée Gaïd Salah, sans apporter plus de précisions sur la nature de ces revendications.

Appel aux médias

Le chef d’état-major a adressé un appel aux « différents médias nationaux », les invitant à « contribuer de manière constructive » et à « ne pas céder aux desseins douteux ».

« Nous appelons les différents médias nationaux à ne pas succomber aux tromperies des ennemis de la nation, mais de contribuer de manière constructive, efficace et positive dans ce noble processus national décisif pour la vie de la nation et de ne pas céder aux desseins douteux », a déclaré Ahmed Gaïd Salah.

Soutien à l’action de la justice

Le chef d’état-major a apporté encore une fois son soutien à l’action entreprise par la justice, qu’il estime « gérée par des hommes loyaux », saluant « les résultats concrets des efforts de la justice dans sa lutte contre la corruption » qui « commencent à apparaître ».

« Nous nous sommes engagés, dans l’Armée Nationale Populaire, partant de nos missions constitutionnelles et nos prérogatives, à l’accompagner, la soutenir et l’encourager, ainsi qu’à lui fournir toutes les garanties et l’assister pour s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions, loin de toute forme de pression, et rouvrir tous les dossiers lourds, y compris ceux qui étaient délibérément jetés aux oubliettes au fond des tiroirs », a affirmé le général de corps d’armée.

« Des dossiers ayant trait à des crimes et de graves dérives commis par la bande contre le peuple, son argent et ses richesses ; des crimes abjects dont les auteurs méritent la sanction équitable, conformément à la loi qui doit être appliquée scrupuleusement à la lettre dans de telles affaires sensibles », a intimé le chef d’état-major. « Les résultats concrets des efforts de la justice dans sa lutte contre la corruption, commencent à apparaître, redonnant confiance aux citoyens et instaurant la quiétude graduellement », estime-t-il en outre.

« Que chacun sache que lorsque nous évoquons ces affaires, nous en parlons sur la base d’informations et de données fiables. Chaque mot que nous prononçons n’émane en fait que de vérités concrètes et avérées », a fait savoir le général de corps d’armée Gaïd Salah, ajoutant que « le dossier de toute personne dont l’implication a été prouvée dans des affaires de corruption et de dilapidation de denier public, sera présenté devant la justice, qui s’occupera de le juger pour son crime envers la patrie et le peuple ».

« De notre part, nous ne connaîtrons point de répit qu’après avoir assaini notre pays de ces saboteurs et les avoir extirpés de cette terre sacrée, pour laquelle des millions de vaillants chouhada se sont sacrifiés pour recouvrer son indépendance et sa souveraineté. Nous ne permettrons à personne de jouer avec le destin du pays, et nous nous y opposerons avec toute la force et la rigueur », a affirmé le chef d’état-major.

« Ce ne sont pas de prisonniers d’opinion »

Le chef d’état-major a une nouvelle fois réaffirmé que les individus ayant été arrêtés pour port du drapeau amazigh « ne sont pas des prisonniers d’opinion », saluant au passage « certains professeurs de droit ».

« Je tiens à saluer, à ce propos, certains professeurs en droit pour avoir éclairé l’opinion publique, et qui n’ont pas hésité à dire la vérité. En effet, après avoir pris connaissance des dossiers des individus arrêtés, ils ont confirmé que ce ne sont pas des prisonniers d’opinion, comme le clament certaines parties qui tentent d’exploiter ce dossier et que seule la justice est habilitée pour trancher sur ce sujet », a affirmé le chef d’état-major.

« Informations confirmées » sur des « plans hostiles » à l’Algérie

« L’Algérie forte, stable et sécurisée dérange certaines parties qui ne veulent pas du bien pour notre pays, ce qui en fait la proie des avides et des aventuriers qui tentent vainement d’entraver son parcours de développement », a estimé le chef d’état-major.

« Nous, en tant que Haut Commandement, avons en notre possession des informations confirmées sur ces plans hostiles, lesquels nous avons mis en garde auparavant contre leurs dangers et menaces, qui mettent à profit la situation actuelle que traverse notre pays pour tenter d’imposer leurs agendas et impacter sur le cours des événements », a-t-il ajouté.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close