search-form-close
Droits des détenus : l’Union des barreaux dénonce la « gestion administrative de la justice »

Droits des détenus : l’Union des barreaux dénonce la “gestion administrative de la justice”

Saisie par le collectif de défense des détenus du hirak quant au non-respect des droits de la défense par certaines juridictions, l’Union nationale des ordres d’avocats (UNOA) réagit et dénonce la « gestion administrative de la justice ».

Dans un communiqué rendu public ce dimanche 2 août, l’UNOA appelle à la nécessité de respecter les droits de la défense, « quelle que soit la nature de l’affaire traitée ou l’identité de la personne jugée ».

« Le droit à la défense est consacré par la Constitution et il s’agit d’un droit sacré pour le citoyen et non un privilège pour l’avocat. Le refus de certaines juridictions de reporter des affaires pour mieux préparer la défense constitue une atteinte aux droits de la défense conformément à l’article 351 du Code de procédure pénale », estime l’UNOA, ajoutant que « le respect des règles du procès équitable implique le respect des droits de la défense ».

« Il est inconcevable que le procès en appel soit programmé avant l’expiration des délais de recours », dénonce l’organisation.

Par conséquent, l’Union des barreaux s’élève contre ce qu’elle qualifie de « gestion administrative de la justice qui doit rester indépendante quelle que soit la nature de l’affaire traitée ou l’identité de la personne jugée » et appelle au « respect de la présomption d’innocence consacrée par la Constitution ».

Enfin, l’UNOA dénonce toute forme d’atteinte aux droits de la défense et appelle à réunir les conditions du procès équitable « qui exige que les procès se déroulent dans le calme et la sérénité et sans précipitation afin de sauvegarder les droits et les libertés ».

  • Les derniers articles