search-form-close
Entretien avec Smail Lalmas, membre de la commission de dialogue

Entretien avec Smail Lalmas, membre de la commission de dialogue

Smail Lalmas fait partie des six personnalités de la commission de dialogue dont la composition devrait être dévoilée officiellement dans les prochaines heures.

Vous avez été reçus par Bensalah. De quoi avez-vous parlé ?

Oui. On a été reçus par le chef de l’État Abdelkader Bensalah et le secrétaire général de la présidence (Noureddine Ayadi). Nous avons parlé de la nécessité d’aller vers le dialogue et de répondre aux revendications populaires. Nous avons une situation qui n’est pas saine. Tout le monde s’accorde à dire qu’on doit inéluctablement passer par le dialogue. Il y a eu une commission qui s’est dégagée et on a été choisi pour en faire partie.

Quelle sont les conditions nécessaires pour la réussite du dialogue ?

Tout le monde s’accorde à dire que la réussite du dialogue passe par le respect des revendications populaires et aller vers des mesures d’apaisement. Parmi ces mesures : la libération des détenus politiques notamment Lakhdar Bouregâa, la levée des pressions sur les médias, faciliter l’accès vers Alger pour les manifestants…et aussi nous avons parlé du départ de l’actuel gouvernement.

Bensalah s’est-il montré disponible à répondre à vos demandes ?

Donc, nous avons remis sur la table les revendications populaires et le chef de l’État nous a donné des garanties sur ces mesures d’apaisement et il a affiché une volonté d’aller dans ce sens. Nous allons attendre, avec le temps les choses vont s’éclaircir. Lors de la rencontre, il s’est dégagé le sentiment qu’il y a une volonté politique d’aller dans la bonne direction. Tout le monde s’accorde à dire que la situation est grave. J’ai constaté qu’il y a eu du répondant.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close