search-form-close

Gel imminent de la grève des résidents

Les résidents en sciences médicales en grève depuis près de huit mois sont sur le point de reprendre le travail, selon des informations recueillies auprès de membres du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra).

Les résidents grévistes des villes hospitalo-universitaires se sont réunis en assemblées générales ces trois derniers jours afin de décider de la suite à donner à leur mouvement. À Alger comme dans les autres villes, les grévistes ont voté en majorité pour geler la grève.

Seules deux villes hospitalo-universitaires ont fait exception : Tizi-Ouzou et Constantine où les résidents ayant voté pour la poursuite de la grève ont été largement majoritaires.

Ces deux villes ne comptabilisant que quelques centaines de résidents et n’étant représentées que par un délégué chacune au bureau national du Camra, le vote des résidents de Tizi-Ouzou et Constantine en faveur de la poursuite de la grève n’aura que peu de poids lors de la prise de la décision finale, demain vendredi, lors de la réunion et du vote du bureau national du collectif.

Selon le Dr Bensebaa, délégué national du Camra, malgré leur opposition au gel de la grève, les résidents de Tizi-Ouzou ont convenu de se conformer à la décision nationale qui sera prise ce vendredi lors de la réunion des délégués nationaux du Camra et qui ira sans doute dans le sens de la majorité.

Une décision qui sera prise « la mort dans l’âme », pour le Dr Bensebaa, délégué national du Camra pour Tizi-Ouzou, selon qui la reprise est motivée par la fatigue des résidents en grève depuis des mois, l’épuisement de tous les recours possibles et les intimidations et menaces d’exclusion des résidents.

« C’est un gel de la grève en attendant la réponse des autorités », anticipe le Dr Bensebaa qui a ajouté que « le grève sera réenclenchée en cas d’absence de réponse de la tutelle ».

Les résidents de tous les CHU du pays reprendront leurs postes au sein de leurs services probablement dès ce dimanche et attendront que le ministre de la Santé sorte du silence dans lequel il s’est terré depuis le début du mois de mai.

close