search-form-close
Importation des voitures d’occasion : est-ce vraiment une bonne affaire ?

Importation des voitures d’occasion : est-ce vraiment une bonne affaire ?

L’Algérie envisage de lever l’interdiction sur l’importation des véhicules d’occasion, qui a été instaurée en 2015. Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a annoncé, dimanche 11 mai, la décision du gouvernement d’autoriser à nouveau l’importation des véhicules d’occasion de moins de trois ans.

Acheter une voiture d’occasion à l’étranger est-ce vraiment une bonne affaire ? Combien coûtent les voitures d’occasion en France par exemple ? Sur le site français spécialisé dans les annonces de ventes diverses entre particuliers « Le bon coin », le client a l’embarras du choix. Mais, les prix des voitures d’occasion proposés par les annonceurs particuliers sont onéreux.

Sur le site du journal Argus, un Renault Kangoo Express, 2017, 13 km au compteur, diesel est proposé à 12 990 €, soit plus de 2,7 millions de DA, selon le taux de change au marché parallèle des
devises. Un prix auquel il faudra ajouter les droits de douanes qui sont de 30%. Une Clio IV, diesel, 40613 km, année 2017, boite automatique, est proposée à 11990 euros, soit l’équivalent de plus de 2,5 millions de dinars, sans les droits de douanes.

Sur le marché algérien, une Renault Clio 4 Facelift Limited 2019, Diesel, 1.5 DCi 85ch, avec seulement 12 km au compteur, ne dépasse pas les 2,2 millions de dinars. La Dacia Sandero Stepway 2019, diesel, 1.5 DCI 85ch, 300 km, est quant à elle proposée à 1,95 millions de dinars.

Sur le même site, on trouve un Tiguan essence, 150 CV, année 2018, avec 16938 km au compteur au prix de 34490 euros, soit plus de 7,3 millions de dinars, sans les droits de douanes. Un autre Tiguan, TDI, année 2017, 57500 km, s’affiche à près de 30000 euros, soit plus de 6,3 millions de dinars, sans les droits de douanes.

Sur un autre site français spécialisé dans les annonces de ventes de véhicules, (lacentrale.fr), le client a également l’embarras du choix.
Un particulier propose une Golf 7, essence, 2018, 33 713 Km, à 16 490 €, soit 3,6 millions de dinars sans compter les frais de douanes. En Algérie, nous sommes tombés sur une meilleure proposition: une Golf 7, 2017, diesel, 34 000 km, 3,75 millions de dinars.

Sur le même site français, un autre particulier propose une Peugeot 308, 2018, essence, 15 155 Km, à 17 390 €, soit 3,8 millions de dinars toujours sans les droits de douanes.

En Algérie, une Peugeot 308 2018, diesel, 2.0 HDI 150ch, 5000 km affiche 3,8 millions de dinars, soit beaucoup moins cher que si on achète l’équivalent en France avec le paiement des frais de douanes.

En France, une Peugeot 308 1.5 BlueHDi 130ch S&S Allure, diesel, année 2018 est proposée à 18 990 €, soit 4 millions de DA, sans les frais de douanes. Une Polo finition Match suréquipée, 2017, 9970 km, coûte 12 700 €, soit 2,7 millions de DA sans les frais de douanes. Une Skoda Fabia 1.4 TDI 90 ch ambition, 5 portes, 2016, 15900 km, est à pas moins de 11 490 €, soit 2,4 millions de DA sans les frais de douanes.

Une Ford Fiesta 100 CV, 2017, 34 687 km, Essence, est proposée à 11 590 €, soit 2,4 millions de DA sans les frais de douanes. Le nouveau Duster prestige TCE Dacia, 2018, 7500 km, essence, est à 18 400 €, soit 3,9 millions de DA, sans les frais de douanes.

On constate que les voitures d’occasion à l’étranger sont chères en raison de la cherté de l’euro sur le marché noir des devises. Même avec une licence d’ancien Moudjahid, qui permet de ne pas payer les droits de douanes, il sera difficile de réaliser une bonne affaire. Et l’objectif que se fixe le gouvernement d’influer sur les prix du neuf risque de ne pas se réaliser. Pour certains modèles, les voitures neuves en Algérie sont moins chères que les véhicules d’occasion à l’étranger.

Par exemple, sur le marché algérien, une Kia Picanto 2019, essence, 1,2 mpa 84ch, (60 km), ne dépasse pas les 1,47 Millions de dinars. Un Volkswagen Caddy 2019, diesel, 2.0 TDi 110ch, (100 km), coûte 2,63 millions de dinars. Une Nissan Micra 2017, essence, 1.5 100 ch, 24000 km, s’affiche à 1,85 millions de dinars. Une Seat Ibiza Urban 2019, essence, 1.6 MPi 110 ch, (02 km), est à 2 millions de dinars.

Outre la cherté des prix, les clients intéressés par l’achat d’un véhicule à l’étranger devront obtenir un visa, et faire attention aux arnaques lors des achats à l’étranger.

Selon la presse française, « plus de 15% des Français ont déjà été victimes d’une arnaque lors de l’achat d’une automobile et 22% des sondés connaissent une personne qui a été escroquée, d’après une étude menée par Obvy, une entreprise spécialisée dans la sécurisation des paiements».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close