search-form-close
  • Brent: $49,03+0,62%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 192.50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

La deuxième session du BAC tourne au fiasco

NEWPRESS

La deuxième session du BAC, qui a commencé jeudi 13 juillet, tourne au fiasco. La majorité des élèves concernés ne se sont pas présentés aux épreuves, provoquant la consternation des professeurs mobilisés pour la surveillance.

Pour le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique, (Snapest) l’échec de la deuxième session des examens du baccalauréat « était prévisible ». Les chiffres illustrent l’ampleur des dégâts.  « Le fiasco est sur le terrain. Trois enseignants pour la surveillance d’un seul élève dans une salle. 80.000 élèves absents, soit un taux de plus de 85% d’absentéisme, 4000 salles d’examens préparées et qui ne sont pas utilisées et 12.000 enseignants mobilisés, dont on a saboté leurs vacances, pour rien. C’est du gaspillage qui n’aurait pas dû avoir lieu », dénonce le porte-parole du syndicat Meziane Meriane. « Lors de la première session, on a enregistré plus de 80.000 absents, dont la majorité sont des candidats libres. Automatiquement à la deuxième session, on allait avoir le même chiffre d’absents », explique-t-il.

De son côté, le porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), Idir Achour, affirme que son syndicat « a pris sa position dès le départ et le temps nous a donné raison ».

« C’est une catastrophe, 85% des élèves concernés n’ont pas rejoint les salles d’examens et plus de 60% des enseignants convoqués pour l’encadrement de ces épreuves n’ont pas répondu présent. Ceux qui ont pris cette décision assument leurs responsabilités » conclut-il.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (23)

    • samyalg

      samyalg

      Fallait les laisser copier et y aurais eu une participation record donc on aurait eu des reposes correctes mais avec différentes méthodes donc on aurait des futurs einstein , soit ses élèves pensaient que c’était le deuxième tours des législatives vu que les deux rdv se passent dans des classes

    • fredddyy

      fredddyy

      Un , l’adage dit ” avant l’heure, c’est pas l’heure et après l’heure , ce n’est plus l’heure” time is time”.
      Deux, dans un pays qui se respecte, la rigueur est une vertu
      Trois , un ministre ne démissionne pas , il est demis de ses fonctions.
      Au final, l’organisation du BAC est une affaire d’État” chez nous”. Donc , inutile de faire porter l’entière responsabilité de cette dérive à une dame qui a tout mon respect .

    • Verso

      Verso

      Nous avons là, une projection de l’avenir de l’Algérie…
      ONE TWO THREE FUYONS L’ALGERIE !!

    • bassim

      bassim

      Fiasco ?
      Le nombre de retardataires exclus lors de la première session était de “quelques milliers “(Source: https://www.tsa-algerie.com/quelle-credibilite-reste-t-il-au-bac-algerien/).

      On peut supposer que cette session était principalement destinée à leur donner une deuxième chance (et non pas à la totalité des absents).
      S’il y a eu plus de 10000 de candidats présents, alors c’est plutôt une réussite. L’objectif a été atteint peu importe si on est d’accord ou pas avec cette décision.
      Tous les journaux se sont “réjouis” de ce soit disant fiasco. Aucune objectivité.

    • ammimouh

      ammimouh

      1-un candidat sur quatre s’est presenté.
      2-la majorité absolue des 25000 candidats presents sont des scolarisés qui n’ont pas pu se presenter lors de la session ordinaire
      3-ils font partie des lambdas algeriens et ont eu une chance pour se replacer et preparer leur avenir.
      4-les opposants au pouvoir et les syndicats reticents n’ont pas le droit d’utiliser les 25000 candidats comme otages!

    • mimenoune

      mimenoune

      Certains ont compris que cette session c`est pour donner le bac a la progeneture de certains pontes.

    • EAEAEO

      EAEAEO

      Bourim où est le fiasco
      Fiasco il y aurait eu si cette session n’aurait pas été organisé elle a été organisé c’est une réussite totale .les élèves ne sont pas présentés
      Où est le fiasco il aurait fallu leur envoyer un taxi à la maison
      Ou bien d’après toi une épreuve à domicile pour chaque élève cela aurait été une réussite Bourim

    • Frida

      Frida

      Oui c’est du fiasco. Quelle humiliation pour la Ministre qui a tout fait pour satisfaire ces faux jetons. Il faut supprimer cette pratique . Les candidats qui n’ont pas eu leur bac n’ont qu’à redoubler l’année et fixer une limite d’âge pour le repasser une seconde fois. Quant aux candidats libres, dont la plupart sont déjà salariés, il faut les faire payer et au prix fort comme ça ils réfléchiront bien à l’avenir. Ils se prennent pour qui?

    • KamYEM

      KamYEM

      Ces enseignants commence vraiment à nous courir sur le haricot, 4 mois de vacances par an et le reste des mois ils passent la moitié entre leurs grèves et celles des élèves et il se plaignent de 4 jour de travail en plus!

    • Tontondz

      Tontondz

      Le fiasco n’est pas pour la brillante Madame Benghabrit, mais pour ceux qui décident à la place du Président. Par populisme, ils ont voulu offrir une seconde chance aux médiocres et aux paresseux. Maintenant, qu’ils assument! Le journaleux a-t-il peur de froisser ces tocards en essayant d’endosser la responsabilité de cet échec à Madame Benghabrit?

    • Navigateur

      Navigateur

      MAKRON petite fiotte marocaine on a tous compris que ca faisait partie de ta thérapie de venir ici insulté les algériens ..ils t ont fait tellement mal quan tu étais jeune .ils t ont volé ton pain au chocolat ou pire😆?pas grave continue tu va y arrive on les a pour t aider

    • Navigateur

      Navigateur

      Je pense que dans leur petites têtes “”candidats libres”: ca veut dire ils viennent quand ils veulent

    • AiglRoyal

      AiglRoyal

      C’est le fruit du hasardisme, ou des conseilleurs hallucinants, proches du centre de décision.
      Comme dit l’adage, les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais c’est notre cher trésor public qui en pâtira avec des dépenses inutiles, et le dinar en dévaluation continue.
      Jusqu’à quand laissera t on des abrutis sur des postes stratégiques de la nation.
      Décidément, la faillite dans ce bled c’est dans la matière grise et non dans l’argent.

    • Abdoua

      Abdoua

      La production de BCR ne suffira pas à couvrir le marché national. Sa capacité de production est très faible, son coût de production est très élevé.

    • kamelCAN

      kamelCAN

      Quelle honte ! non mais Quelle HONTE ! … Une premiere fois terni par la fraude, le baccalaureat 2017 a ete vide de son sens par Monsieur le Valeureux et gentil president Fakhamatouhou qui a donne l’ordre d’organiser une seconde session a 100.000 retardataires dont la majorite lui a crache sur son cadeau !

      Que va faire maintenant Fakhamatouhou ? Organiser un 3eme session ou offrir le bac a tous les candidats ? Et pourquoi pas tous les algeriens quitte a ce qu’ils oublient leurs differentes revendications.

    • EAEAEO

      EAEAEO

      Bourim où est le fiasco
      Fiasco il y aurait eu si cette session n’aurait pas été organisé elle a été organisé c’est une réussite totale .les élèves ne sont pas présentés
      Où est le fiasco il aurait fallu leur envoyer un taxi à la maison
      Ou bien d’après toi une épreuve à domicile pour chaque élève cela aurait été une réussite Bourim

      • kamelCAN

        kamelCAN

        Il faut demander a votre President quel est le sens de la reussite pour lui et pour vous ? La situation dans laquelle nous somme vous semble ideale ?

  • À la une

    17Quand la campagne contre des hommes d'affaires met à mal la cohésion au pouvoir 
    Il y a 5 heures

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de…

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de sévir contre « les hommes d’affaires qui ne respectent pas les règles et ceux qui transfèrent de l’argent d’une manière illicite à l’étranger ». Parmi les hommes d’affaires visés figure Ali Haddad. Son groupe ETRHB Haddad a notamment reçu plusieurs mises en demeure de la part d’organismes publics concernant des projets en souffrance.

    Le nom de Haddad a été associé au président de la…

  • L'Actualité en temps réel

  • International