search-form-close
La police refuse de recevoir la plainte de Ghilas Aïnouche

La police refuse de recevoir la plainte de Ghilas Aïnouche

Le dessinateur de presse Ghilas Aïnouche s’est vu refuser, ce dimanche, le droit de porter plainte suite aux violences policières dont il a été victimes la veille à Aokas. Le caricaturiste avait pour rappel participé samedi à un rassemblement pour dénoncer l’interdiction d’une conférence sur la culture amazigh, durant lequel il a été pris à partie, isolé dans une pièce et roué de coups par quatre policiers.

« J’ai rencontré le chef de la sûreté de la wilaya de Béjaïa en personne », indique Aïnouche dans une déclaration à TSA. « J’ai dès le départ reçu un accueil froid. Il m’a accusé d’avoir participé à une marche non autorisée avant de refuser de recevoir ma plainte », explique le caricaturiste, qui affirme que le chef de la sûreté de Béjaïa lui a déclaré : « Si tu veux te plaindre, va à la justice ». « Ça m’a choqué, je ne m’attendais pas à ça », affirme Aïnouche.

Le chef de la sûreté de la wilaya de Béjaïa aurait également démenti que des incidents ont eu lieu au sein du centre culturel d’Aokas. « Il a dit que la conférence n’a pas été tenue alors que des témoins, des photos et des vidéos prouvent le contraire », affirme le dessinateur. Ce dernier réfléchit désormais à la suite à donner aux événements.

close