search-form-close
La « révolte du bikini » en Algérie passionne les médias étrangers

La « révolte du bikini » en Algérie passionne les médias étrangers

La lutte des femmes pour revendiquer leur liberté de nager en bikini en Algérie a fait écho à travers le monde, créant le buzz en étant repris par de nombreux médias étrangers. Les médias français ont notamment été nombreux à reprendre l’information concernant « la baignade républicaine » ayant eu lieu à Annaba en juillet dernier.

« La station balnéaire d’Annaba est devenue depuis le début du mois de juillet un lieu de manifestations féministes plutôt atypiques. Pour lutter contre les discours moralisateurs, des femmes organisent des sorties à la plage… en bikini », écrit le site de la chaîne d’information LCI. « Plusieurs sorties ont déjà été réalisées depuis le 5 juillet dernier […] L’objectif est simple : s’unir pour faire face aux regards et aux remarques désobligeantes, être plus fortes ensemble », explique la même source.

« C’est une sorte de révolte du bikini qui s’est engagée en Algérie en réaction à une campagne lancée pour stigmatiser ces femmes qui refusent de se cacher sur les plages », s’enthousiasme Le Parisien, qui indique que « pour elles, l’objectif c’est de jouer la contre-stigmatisation en s’affichant sur les réseaux sociaux ». « Ce mouvement de protestation ne s’attaque pas à la loi : le port du bikini est totalement légal dans le pays. Mais il est souvent critiqué, jugé provocant », rappelle en outre le journal.

« Depuis les années 1990, et la pression islamiste qui a exigé que les femmes portent le hijab, les habitudes ont changé », analyse le journal Le Point, qui estime que « l’idée de ces femmes n’est pas forcément d’imposer le seul maillot deux-pièces comme vêtement ‘’officiel’’ de plage, mais plutôt de normaliser son usage ». Le journal rappelle également le harcèlement dont les femmes sont victimes. « Sur les réseaux sociaux la pression des groupes conservateurs religieux a poussé certains Algériens à dévoiler, en prenant en photo à leur insu, des femmes en bikini et à les diffuser sur la Toile ».

La presse européenne s’est également intéressée au phénomène. « Des milliers de femmes algériennes font campagne pour que le bikini devienne socialement accepté sur les plages du pays, défiant ceux qui estiment que ce maillot de bain est incompatible avec les traditions locales », écrit le journal britannique The Telegraph. « Pouvait-on traverser l’été dans le brouhaha incontournable autour du burkini et du bikini ? Certainement pas », écrit pour sa part le journal italien La Stampa.

Le journal italien rappelle que si « l’an dernier c’était la France qui était consumée par le débat autour du port du burkini, cette fois l’information vient d’Algérie avec le bikini ». « Nous devons nous rappeler de ce genre d’initiatives – aller à la plage en bikini – lorsque nous défendons des traditions pleines de symbolisme comme le burkini », estime le journal turinois, l’un des plus diffusés en Italie, cité par WorldCrunch.

« Il est important de se rappeler que derrière le burkini, il y a à la fois la liberté de la femme de porter ce qu’elle veut, et un message sociétal fort à propos du besoin de contrôler les femmes, qui ne promeut pas une réelle liberté. C’est pourquoi aujourd’hui, il y a plus de chances de trouver une femme en bikini défendant le droit d’une autre à porter un burkini, que l’inverse », conclut La Stampa.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close