search-form-close

La situation en Algérie vue par les autorités belges

Le ministère des Affaires étrangères belge a publié sur son site internet une série de recommandations et remarques à propos de l’Algérie à l’attention de ses ressortissants, afin de donner à ces derniers des indications sur les mesures à prendre en cas de voyage dans le pays.

« Compte tenu des menaces particulières qui peuvent peser sur les étrangers (voir la prise d’otages dans la région d’In Amenas en janvier 2013 et l’assassinat d’un ressortissant français en Kabylie en septembre 2014), il est recommandé aux Belges d’enregistrer leur voyage » sur un site internet dédié, indique le ministère belge, précisant que « les visiteurs occasionnels qui doivent se rendre dans les villes de province de la partie nord du pays doivent s’entourer de mesures de prudence ».

Dans le cas où le voyage par route est inévitable, les autorités belges recommandent de « préférer la circulation sur les grands axes routiers en évitant les routes secondaires », d’être « encadrés sur place par des personnes de confiance connaissant les lieux », et d’éviter « les déplacements de nuit ». Les voyages aux frontières avec la Libye, le Niger, le Mali et la Mauritanie sont quant à eux « fortement déconseillés », idem pour les voyages dans les camps de réfugiés sahraouis. Le ministère belge relève l’incertitude entourant les circuits touristiques classiques du Grand Sud (Tamanrasset et Djanet), en raison notamment « de la persistance d’un risque terroriste élevé dans la région ».

La Belgique recommande également à ses ressortissants « de faire preuve d’une grande prudence, de suivre l’actualité, d’éviter les attroupements, de varier les trajets et les horaires des déplacements par la route, de préférer systématiquement les voyages en avion et de suivre strictement les instructions des autorités qui sont au courant de possibles menaces ou d’opérations militaires ».

Un passage aborde également le risque de criminalité en Algérie. « Sans que cela constitue un problème majeur, l’Algérie n’est pas exempte d’incidents liés à la petite ou grande criminalité, tels que les vols à la tire, les vols avec violences, les enlèvements et faux barrages de police », explique le ministère des Affaires étrangères belge. Dans la même veine, « la visite de la casbah d’Alger doit se faire dans un cadre organisé et être signalée au commissariat de police », conseillent les autorités belges, qui conseillent aussi « d’éviter tout déplacement de nuit en province et dans certains quartiers urbains”, indique le ministère.

Et d’ajouter : ” Enfin, il est bien entendu conseillé d’éviter de porter des bijoux et autres objets de valeur, ou de montrer ostensiblement son GSM ou son portefeuille », indique le ministère.

Les autorités belges expliquent par ailleurs à leurs ressortissants que l’Algérie « dispose d’un réseau relativement dense de centres médicaux, publics et privés, dont le niveau qualitatif est variable. Sauf urgence, il est fortement conseillé de préférer un traitement hors du pays », recommande le ministère.

« Les cas d’intoxication alimentaire sont fréquents, la chaîne du froid n’étant pas systématiquement respectée. Les snacks ne présentent pas toujours les garanties d’hygiène et de conservation élémentaires », affirment en outre les autorités belges.

« Les mesures de précaution habituelles dans ce genre de pays et de climat, telles que le fait d’éviter les crudités et les fruits de mer dans les restaurants ou de ne boire que des boissons de bouteilles décapsulées en présence des consommateurs, sont à respecter », recommande le ministère, qui conseille par ailleurs aux citoyens belges de se faire vacciner contre « la fièvre typhoïde », « l’hépatite A » et d’effectuer une mise à jour « des vaccins contre la polio, le tétanos et la diphtérie ».

Les autorités belges recommandent par ailleurs à ses ressortissants d’« éviter de fréquenter » les plages, celles étant « très souvent polluées, notamment près des agglomérations », affirme le ministère.

close