search-form-close
L’Algérie dans la liste Freedom House des pays non libres

L’Algérie dans la liste Freedom House des pays non libres

Freedom House, une organisation non gouvernementale financée par le gouvernement américain, a fait figurer l’Algérie dans la liste des 49 pays jugés comme non libres dans son classement 2018.

Ces États regrouperaient tous ceux où la démocratie serait partiellement ou totalement étouffée. Pour comprendre la logique chiffrée de l’ONG, plus le score est bas et plus celui-ci révèle l’absence de liberté dans le pays concerné. Ainsi l’Algérie recueille un score de 35/100 – le même qu’en 2017 -, après que l’organisation ait mesuré les droits politiques des Algériens et leur degré de liberté civile. L’Algérie a donc obtenu un résultat jugé insuffisant pour être considéré comme un pays libre. En comparaison, le score de la France est de 90/100. Par ailleurs, l’ONG se montre catégorique quant à la liberté de la presse en Algérie. Pour elle, elle n’existe pas. Sur son site, Freedom House promet de livrer bientôt un rapport plus détaillé sur le pays.

Et qu’en est-il des pays voisins de l’Algérie ? Le Maroc serait « partiellement libre » (39/100). La Tunisie, elle, est en revanche estimée comme le seul pays arabe libre, avec un score de 70/100. Une nuance est néanmoins apportée concernant la liberté de la presse, qui elle ne serait que partielle dans le pays, où le mécontentement social enfle même si les Tunisiens ont gagné en liberté sept ans après la chute du dictateur Ben Ali.

La Syrie, pire pays du classement en matière de démocratie

Parmi les 12 pays où l’absence de droits politiques et de libertés civiles serait presque totale, la Syrie figure comme le pays où la situation serait la pire, l’ONG accordant le score de -1/100 à l’État gouverné par Bachar el-Assad. Suivent le Soudan du Sud, Érythrée, la Corée du Nord, le Turkménistan, la Guinée équatoriale, l’Arabie saoudite, la Somalie, l’Ouzbékistan, le Soudan, la République centre-africaine et la Libye.

À l’inverse, la Norvège et la Suède figurent comme les deux meilleurs élèves, jouissant d’un score de 100/100. Ces deux pays nordiques sont suivis de très près par le Canada, les Pays-Bas (99/100), ou encore l’Australie (98/100).

Plus d’un quart de la population mondiale opprimée

Toujours selon les données révélées par Freedom House, la situation dans le monde en matière de libertés serait inquiétante. 37 % de la population mondiale ne serait pas libre, tandis que 24 % vivraient, elle, dans des États partiellement libres. Les personnes vivant dans des pays où la démocratie serait complète se chiffreraient qu’à 39 %. « La démocratie a affronté sa crise la plus grave depuis des décennies en 2017 alors que ses principes de base – y compris les garanties d’élections libres et équitables, les droits des minorités, la liberté de la presse et la primauté du droit – ont été attaqués dans le monde entier. Soixante et onze pays ont subi une baisse nette des droits politiques et des libertés civiles, avec seulement 35 gains enregistrés. Ceci a marqué la douzième année consécutive de déclin dans la liberté globale », affirme l’ONG, qui n’épargne pas le gouvernement américain. « Les États-Unis se sont retirés de leur rôle traditionnel à la fois de champion et d’exemple de démocratie dans un contexte de déclin accéléré des droits politiques et des libertés civiles américaines. »

close