search-form-close
L’Algérie importe des veaux d’Irlande

L’Algérie importe des veaux d’Irlande

Les exportations irlandaises de veaux sevrés vers l’Algérie devraient augmenter, suite à la conclusion d’un accord entre les deux pays sur un certificat sanitaire d’exportation, rapporte l’hebdomadaire agricole irlandais Irish Farmers Journal.

Le certificat inclut les veaux âgés de moins de 14 mois, précise le média, en précisant que 250 taureaux ont déjà été achetés pour être exportés en Algérie.

Bord Bia, une agence de l’État irlandais dont l’objectif est de promouvoir les produits alimentaires, boissons et produits d’horticulture locaux, a indiqué que des acheteurs de bétail influents venant d’Algérie et d’Égypte seraient en Irlande cette semaine pour une visite de trois jours, ajoute Irish Farmers Journal.

Ils visiteront des fermes, ainsi que le centre d’enregistrement des performances de la Fédération irlandaise d’élevage de bétail (ICBF). Ces visiteurs auraient un besoin d’achat combiné estimé à 110 000 bovins par an, précise la même source.

« Cette visite arrive à un moment crucial, permettant aux exportateurs de bétail irlandais de poursuivre et d’établir des relations commerciales potentiellement lucratives avec des acheteurs d’Égypte et d’Algérie. Les deux marchés ont d’importants besoins d’importation de bétail, en particulier de jeunes taureaux », a déclaré Nicolas Ranninger, responsable Afrique de Bord Bia, cité par le même journal.

Un premier lot de jeunes taureaux a été exporté vers l’Algérie ces derniers jours par la société Wicklow Calf, qui espère un renouvellement des commandes dans les mois à venir, indique le média.

Un groupe d’acheteurs de bétail algériens est en Irlande cette semaine à l’invitation de Bord Bia, en visite dans des fermes du pays pour voir le stock irlandais, note Irish Farmers Journal. L’Algérie importe jusqu’à 100 000 bovins vivants chaque année, ainsi que d’autres animaux d’élevage, précise le journal

Les autorités algériennes et irlandaises ont également trouvé un accord sur un certificat sanitaire pour les bovins reproducteurs âgés de moins de 34 mois, ajoute la même source.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close