search-form-close
L’Algérie, première nationalité de migrants illégaux vers l’Espagne

L’Algérie, première nationalité de migrants illégaux vers l’Espagne

Les migrants algériens ont constitué la première nationalité en volume d’arrivées en Espagne jusqu’à présent cette année, alors que le contingent de migrants algériens ne cesse d’augmenter par rapport aux autres nationalités, rapporte ce samedi le journal espagnol El Pais.

« A moyen terme, la pression migratoire algérienne devrait rester élevée, étant donné que les réseaux de trafic ont adapté leur mode de fonctionnement et organisent des départs simultanés pour dépasser la capacité des autorités algériennes malgré les restrictions de Covid-19 », indique un rapport de la Commission européenne cité par la même source.

L’arrivée de bateaux dans le corridor Algérie – Espagne a augmenté depuis août 2019, comme d’habitude chaque année, mais que la pression s’est maintenue au cours des premiers mois de cette année, période durant laquelle cette route enregistre à peine le trafic, selon la même source.

« Il y a eu une légère diminution de la pression migratoire d’Algérie en avril, principalement liée aux intempéries, mais l’arrivée d’immigrants irréguliers a presque triplé au cours des trois premiers jours de mai tout au long du mois de mai 2019″, observe le document. Le caractère saisonnier de la route migratoire est donc en train de changer et l’augmentation continue des arrivées d’Algérie marque une nouvelle tendance, estime El Pais.

Illustrant le changement de tendance, jusqu’à présent cette année, 46% des arrivées par bateau à travers le détroit et la mer d’Alboran – le flanc ouest de la Méditerranée qui n’inclut pas la route des Canaries – partent d’Algérie, un pourcentage qui fin 2018 et 2019 est resté entre 5% et 10%. Jusqu’au 3 mai 2020, 1389 personnes étaient arrivées irrégulièrement en Espagne en provenance d’Algérie et pratiquement toutes étaient algériennes.

Bien que les autorités espagnoles considèrent que les chiffres actuels sont gérables, le flux constant d’arrivées par ce couloir inquiète car il intervient dans un contexte où l’immigration a baissé de 50% en 2019 et continue de baisser en 2020 du fait des restrictions frontalières imposées aux pays d’origine et de transit des migrants. Les Algériens, cependant, sont la seule nationalité qui ne diminue pas de manière significative dans les enregistrements d’entrées irrégulières.

« La frustration politique, qui affecte particulièrement la génération de jeunes Algériens, ajoutée à la situation économique difficile et aux attentes limitées aggravées par la pandémie, continuera peut-être à se renforcer comme incitations migratoires », prévient le rapport européen, cité par El Pais. Les restrictions aux frontières qui empêchent actuellement le rapatriement des immigrants peuvent être une incitation pour les citoyens algériens, note également la même source.

Les autorités espagnoles ont par ailleurs constaté une faille de sécurité sur cette route. Traditionnellement, la plupart des Algériens organisaient seuls le voyage en bateau, sans dépendre des organisations criminelles pour s’embarquer, mais l’activité des mafias s’est intensifiée et leur sophistication est inquiétante, explique El Pais, qui affirme qu’Europol, Frontex et les responsables de la police nationale et de la garde civile ont mis en garde contre l’impact potentiel des vedettes rapides et des narco-bateaux utilisés comme « bateaux-taxis » entre Oran et Cabo de Gata.

Ces bateaux sont capables de parcourir la route en quelques heures et de retourner en Algérie sans être découverts, explique la même source qui indique que le rapport de la Commission fait également référence à ce mode opératoire. « Des vedettes qui arrivent simultanément de manière coordonnée ont été fréquemment détectées, ce qui rend difficile leur interception », indique le rapport cité par El Pais.

  • Les derniers articles