search-form-close
Le FLN juge « halal » sa victoire aux sénatoriales

Le FLN juge « halal » sa victoire aux sénatoriales

Le FLN est-il en train de succomber aux sirènes de la religiosité ?  Le parti présidé par Mouad Bouchouareb n’a pas hésité à emprunter à la religion un concept bien galvaudé, celui de halal, pour commenter sa victoire écrasante  aux dernières Sénatoriales.

« Victoire méritée et moisson halal », titre le plus vieux parti algérien un communiqué publié ce dimanche 6 janvier sur la page Facebook du parti.  « Les 31 sièges obtenus par le parti jusqu’ici- en attendant celui de Tlemcen (le Conseil constitutionnel a décidé de refaire les élections dans cette wilaya)- est une moisson halal qui consolide la position du parti au sein de la Chambre haute (du Parlement) et qui consacre sa qualité de parti majoritaire », se réjouit l’ex-parti unique.

Ce petit flirt avec la religion est-il quelque chose de nouveau pour un parti qui, des décennies durant, a porté à bras le corps le slogan de « l’Islam religion de l’État » ? Bien sûr que non. Et pas loin que le 16 décembre dernier, son nouveau coordinateur et néanmoins président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchouareb, est allé, dans une allocution prononcée à l’occasion du congrès de TAJ d’Amar Ghoul, jusqu’à comparer le président Bouteflika au prophète Ibrahim. « Dieu a infligé au président Bouteflika l’épreuve (Ibtila) de l’amour de l’Algérie. Il a prié Dieu pour les Algériens et ses prières sont similaires à celles du prophète Abraham », a-t-il lâché, sans sourciller.

C’est dire que ces références religieuses dans le discours des dirigeants du FLN est presque monnaie courante. Ceci-dit, cette sortie du FLN se veut une réponse à certaines voix qui lui ont reproché d’avoir eu recours à l’achat des voix et à la fraude pour réussir son grand Chelem. « Comme un mauvais élève, le vaincu justifie souvent sa défaite en lançant des accusations gratuites envers les autres », raille le parti de M.Bouchareb.

Mieux, il a retourné à son avantage ce phénomène de l’achat des voix en assurant que c’est justement l’opposition frontale de son Coordinateur à l’intrusion de l’argent sale dans la désignation des candidats et la mise à l’écart de deux postulants sur lesquels pèsent de soupçons de corruption qui lui ont valu sa victoire écrasante.

Mais pas seulement. Pour le FLN,  la nouvelle vision portée par sa nouvelle direction, qui a  rencontré une adhésion des militants et des  élus, est aussi pour quelque chose dans la grande prouesse réalisée lors des dernières sénatoriales. « Ce résultat du Front de libération nationale n’a jamais été réalisé depuis la création du Conseil de la nation. Il  n’a pas été un coup de chance mais le fruit d’un effort commun », s’est-il félicité.

close