search-form-close
  • Brent: $57,21-1,67%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Le pétrole aidé à New York par le rapprochement entre Moscou et Ryad

AFP / Matthew Brown / fr.sputniknews.com

Le pétrole coté à New York a terminé en hausse jeudi alors que le renforcement des liens entre la Russie et l’Arabie saoudite laisse entrevoir l’éventuelle extension de l’accord engageant ces deux gros producteurs d’or noir à limiter leurs extractions.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a progressé de 81 cents pour clôturer à 50,79 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

“Le fait que Vladimir Poutine et le roi Salmane se rencontrent à Moscou accentue la probabilité que l’accord de limitation de la production soit prolongé”, a souligné Robert Yawger de Mizuho.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d’autres producteurs, dont la Russie, se sont engagés fin 2016 à limiter leur production dans le but de faire baisser le volume de brut disponible sur le marché mondial et ainsi tenter de redresser les prix des hydrocarbures.

L’accord court actuellement jusque mars 2018 mais divers responsables ont laissé entendre ces dernières semaines qu’il pourrait être étendu.

La rencontre entre les dirigeants russe et saoudien, qui ont scellé jeudi d’importants accords militaires et énergétiques à l’occasion de la première visite du roi Salmane à Moscou, a renforcé cette impression.

“Nous aspirons à poursuivre la coopération positive entre nos pays en vue de stabiliser les marchés pétroliers mondiaux”, a notamment assuré le roi Salmane, lors des pourparlers avec Vladimir Poutine.

Les cours du pétrole, après trois séances de baisse, “se stabilisent avec le repli important des réserves de brut aux Etats-Unis” annoncé mercredi par le département américain de l’Energie (DoE), a aussi souligné Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Dans un rapport hebdomadaire, le DoE a fait état d’une baisse de 6 millions de barils de brut, un recul bien plus important que celui prévu par les analystes.

Les Etats-Unis ont continué par ailleurs à augmenter leur production d’or noir et leurs exportations se sont envolées à un record, atteignant 1,98 million de barils par jour.

“C’est un phénomène basique: moins de pétrole dans le reste du monde et trop de pétrole aux Etats-Unis font baisser le prix du brut américain et s’envoler les exportations”, ont résumé les analystes de Société Générale

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (1)

  • À la une

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close