search-form-close

Les Canaries, théâtre de la prochaine bataille juridique du Polisario contre le Maroc

Gilles Devers, l’avocat du Front Polisario en Europe, veut tirer profit des deux jugements de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) pour accentuer la pression sur le Maroc qu’il qualifie de « puissance occupante » du Sahara occidental.

| LIRE AUSSI : Sahara occidental : la justice européenne tranche sur l’accord de pêche UE-Maroc

Cette fois, c’est une bataille juridique dans les îles espagnoles des Canaries à laquelle se prépare l’avocat lyonnais Maître Devers, rapporte le journal espagnol El Confidencial.

Le Front Polisario souhaite faire appliquer le droit en matière de violation de l’espace aérien du territoire du Sahara occidental par les compagnies de transport aérien.

Dans un article du journal espagnol en date du mercredi 14 mars, Maître Devers indique qu’il va adresser une demande à la compagnie aérienne Binter Canarias afin de s’assurer que ses vols ne constituent pas une violation de l’espace aérien du Sahara occidental.

« Je vais demander à la compagnie aérienne d’engager des pourparlers afin de s’assurer que ses vols sont conformes à la loi pour laquelle l’accord des représentants du peuple sahraoui est requis », ajoute-t-il. « Si elle ne répond pas ou si sa réponse est insuffisante, nous ferons appel à la justice », prévient l’avocat du Front Polisario.

« Aucun avion ne doit atterrir au Sahara occidental si la compagnie respective n’a pas traité avec les Sahraouis », a insisté l’avocat, selon des propos rapportés par Sahara Press Service.

De son côté, la compagnie aérienne espagnole contactée par El Confidencial assure que les liaisons aériennes sont opérées « en toute légalité ». Depuis 2005, Binter Canarias assure des vols entre Las Palmas (capitale de Grande Canarie) et El Ayoun (Sahara occidental), rappelle le journal espagnol.

Maître Devers estime qu’il a déjà remporté une bataille juridique avec la suspension, la semaine dernière, des vols de Transavia (filiale d’Air France) entre Paris et Dakhla au Sahara occidental. Si la décision de justice n’a toutefois pas encore été rendue, Devers estime que cette annulation est le fruit de son initiative.

| LIRE AUSSI : 

Transavia a toutefois fait savoir le mercredi 7 mars, via son compte Twitter, que cette suspension était saisonnière puisque cette liaison était uniquement assurée d’octobre à mars.

 

« Surprenant », note El Confidential dans la mesure où Dakhla est un spot très prisé par les amateurs de sport de glisse pendant la haute saison entre avril et août.

| LIRE AUSSI : Front Polisario : des succès qui visent à rétablir un rapport de force avec le Maroc

close